VOTE | 171 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#111 : Charmante Soirée

Max accepte d’accompagner Logan au mariage de son cousin. Pendant ce temps, l’échange accidentel de deux colis met en danger la vie de Normal. Original Cindy, Sketchy et Herbal vont lui venir en aide malgré une altercation plus tôt dans la journée. Max s'esquivera un moment lors de sa soirée pour leur donner un coup de main.

Popularité


4.7 - 10 votes

Titre VO
Art Attack

Titre VF
Charmante Soirée

Première diffusion
06.02.2001

Première diffusion en France
17.11.2001

Vidéos

Promo (VO)

Promo (VO)

  

Photos promo

Max (Jessica Alba) vient à la rescousse de Normal (JC Mackenzie)

Max (Jessica Alba) vient à la rescousse de Normal (JC Mackenzie)

Max négocie avec Duvalier (P. Master)

Max négocie avec Duvalier (P. Master)

La vie de Normal dépend de Max

La vie de Normal dépend de Max

Normal ne fait plus le malin

Normal ne fait plus le malin

Duvalier et son bras droit

Duvalier et son bras droit

Original Cindy (Valarie Rae Miller) est témoin d'une précipitation

Original Cindy (Valarie Rae Miller) est témoin d'une précipitation

Plus de détails

Réalisation: James A. Contner
Scénario: Doris Egan

Guest:
David Abbott (Ministre)
Rob Bruner (Angelo Biondello)
Gillian Carfra (Femme)
Michael Ann Connor (Femme à la pension de famille)
Antonio Cupo (Valet)
P. Master (Jean Baptiste Duvalier)
Bridget O'Sullivan (Femme à l'allure de matrone)
Michael Teigen (Bennett)
Craig Veroni (Garde de la sécurité de l'aéroport)

 

> Captures

Au tout début de l'épisode on voit Logan jouer au basket avec d'autres personnes en fauteuil roulant. Max arrive par la suite et c'est à ce moment là qu'elle lui demande combien il a gagné pour avoir jouer. Lui répondant qu'il ne l'avait pas fait, elle lui dit qu'il est inutile de dépenser de l'énergie pour rien. Logan lui annonçant qu'il n'irait pas à la fête de son oncle Jonas pour son mariage. Max lui dit qu'en fait il ne veut plus y aller. Apprenant que c'est une fête mondaine, Max lui annonce qu'elle peut aussi avoir de l'arrogance avec son ADN. Confirmant bien qu'elle irait avec lui. On la retrouve alors plus loin en compagnie d'O.C et de Kendra, elles sont dans un magasin pour robes de soirée. Demandant le prix à la vendeuse, Max dit qu'il faut lui mettre de côté puisqu'elle reviendra plus tard En effet, on peut la voir la nuit prendre la robe de soirée et s'enfuir avec le butin par le toit.

On voit un homme mettre une aquarelle volée dans un rouleau, au téléphone avec son interlocuteur, il lui affirme qu'il l'aura dans deux heures. On frappe à la porte c'est Sketchy qui vient prendre le colis pour le remettre au destinataire. Répondant à l'homme qu'il prendra soin du colis.

Normal voit Sketchy jouer avec le rouleau et un autre type qui a le même. Normal récupère les rouleaux mais intervertis sans le faire exprès les contenus des colis. Traitant ses employés d'idiots, O.C demande des excuses, mais son patron ne veut pas lui donner ses excuses.

On voit un homme Mr.Duvalier, afro-américain qui est le destinataire de l'aquarelle, un Rockwell volée. Assis par terre devant lui se trouve un homme blanc apeuré disant sans arrêt que son colis va arriver. On frappe à la porte, Sketchy dépose le rouleau avec le mauvais contenu. L'homme assis par terre se retrouve content jusqu'au moment où Mr Duvalier se fige face au mauvais contenus.

Logan va alors chercher Max chez Jam Pony, elle y porte la robe rouge qu'elle a prit au magasin. Logan dans la voiture lui demande de revoir son discours. Il lui dit qu'il ne veut pas faire de faux pas de peur qu'on se souvienne d'après lui de ses faux pas. Il parle de mariage, chacun des interlocuteurs ont des avis différents, on peut dire qu'il est totalement perdu. Max demande à voir la bague, elle dit qu'elle pourrait en avoir pour 10 000 dollars.

Le garde du corps de Mr Duvalier va alors chez Jam Pony, Normal s'y trouve encore il va alors fermer. Lorsqu'il apprend qu'il y a eu erreur sur le contenu. Il s'agit des plans d'une usine de conditionnement, alors qu'il aurait du y avoir l'aquarelle. Il réfléchit puis regarde sur le planning mais rien n'y fait, le garde du corps est assez énervé. Demandant aux hommes de fouiller les bureaux. Il décident d'emmener Normal à Mr Duvalier.

A ce moment là, on retrouve Max assise à côté d'une dame qui est sous l'émotion. Elle pleure ou presque ayant son petit mouchoir sous la main. Max lui demande si cela va, et la dame lui répond qu'elle est en fait heureuse de voir les mariés. La harpiste entame alors la musique du mariage. On peut alors entendre les pensées de Max lorsqu'elle voit la mariée :

« Quelle pauvre fille, on dirait le visage de Judy durant les exercices de tirages à blancs. [….] »

Le mariage reprend alors et c'est au tour du maris de dire ses paroles, puis la future mariée. Max se rends compte qu'ils sont sincères. Heureuse, elle laisse lâché une petite larme, la dame à côté d'elle lui donne un mouchoir. Max retrouve alors Logan, il lui dit que son oncle fait les programmes pour les vigidromes. Les présentations faites avec oncle Jonas et sa femme.

 

On retrouve O.C et Sketchy dans le bar, Herbal, voudrait parler à O.C. Lui donnant le téléphone, il lui dit qu'il a une arme pointée sur sa tête. Alors qu'elle lui dit qu'il est préférable de prendre des somnifère. Lui annonçant qu'il a un soucis, elle lui demande pour son aide des excuses verbales et écrites à tous les employés de Jam Pony. O.C lui demande alors se qui se passe.

Logan se fait interpelé par son Oncle au même instant, il lui demande s'il écrit toujours dans sa feuille de choux et s'il compte trouver un emploi stable. Ou dilapider l'argent de la famille, l'oncle demande alors de convaincre Logan de trouver un emploi. Max rembarrant alors l'oncle. Il s'en va avec sa femme. Logan lui dit alors qu'il y a le médaillon que sa tante porte, il s'agit de celui de sa mère. Max lui dit qu'elle n'accepte pas et lui lui réponds qu'il s'en fiche. Max va prendre un verre et une dame nommée Daphné va le voir.

O.C, Herbal, et Sketchy sont chez Jam Pony, elle lui demande s'il a bien rapporté le paquet ici. Sketchy lui réponds qu'il ne sait plus. Et que l'on peut compter sur lui pour son incompétence. Herbal lui assure alors qu'en fait c'est Normal qui a intervertis les contenus. O.C demandant alors qui aurait pu donner l'autre paquet. Nous n'aurons pas la réponse de suite. Puisque nous retrouvons Max et Logan en compagnie de Daphné.

Les présentations faites, on apprends que Daphné est une grande artiste. Elle lui dit que la robe est belle et que le prix l'a calmé. Le bipeur sonne, Max va prendre le téléphone, et on apprend à ce moment là que c'est en fait Max qui a donné l'autre paquet. O.C lui explique l'histoire lui disant qu'il faut aider Normal bien qu'elle ne le supporte pas. Elle lui dit alors le nom du type qui a eu le nouveau paquet. Elle demande l'aide de Max, qui va dire à Logan, qu'elle doit y aller puisqu'il y a des gangsters qui veulent tuer son patron. Discutant avec Daphné, il ne l'écoute même pas.

Max retrouve O.C au point de rendez-vous, elle va alors voir comment chercher le paquet. Faisant attention à sa robe, elle rentre dans l'appartement du type. Il est en fait sur le muret devant sa fenêtre. Le sauvant, elle lui demande à quoi il joue. Elle l'engueule puis elle apprends alors tout se qui lui arrive. Elle apprends que l'aquarelle se trouve en bas dans la poubelle. La remerciant, elle lui dit alors qu'elle peut lui rapporter les plans. Allant vers la poubelle, elle se déshabille pour ne pas salir sa robe.

Logan voit alors le marié et celui-ci lui demande de faire son discours. Mais Logan ne retrouve pas son discours. Max trouve l'aquarelle, et O.C lui ferme sa robe, elle repart pour la soirée. L'oncle Jonas lui demande faire le discours. O.C va alors rendre l'aquarelle au bon propriétaire. Le type reprends alors le contenu et voit qu'en fait il s'agit d'une copie. O.C dit à propos de Normal qu'il a choisit une vie de looser. Quand au type qui n'avait pas prit la bonne aquarelle, et bien il se retrouve à faire un plongeons dans le vide.

Logan fait alors son discours sans son papier, Max va alors lui souffler les mots. Tout le monde se rend compte qu'en fait il regardait Max qui lui soufflait les mots. Logan finit son discours sous les applaudissements, le marié le remercie pour son discours. Max ne veut pas lui expliquer où elle était passée, elle lui demande qui est Daphné et d'où elle sort. Elle apprend alors qu'il s'agit de son ex. Puis au téléphone, elle a encore O.C au téléphone, la tante sous les yeux, elle va récupérer le collier plus tard.

On retrouve Max et O.C à l'associé du type passé par la fenêtre. Elle retrouve le type dans un jacuzzi, elle lui demande l'aquarelle. Puis elle le bouscule un peu. O.C l'aide pour avoir des informations. On apprend qu'il l'a vendu dans le but de se faire de l'argent. On les retrouve alors à la petite fête. Puis elle lui demande de l'aide, il va voir sur internet de qui il s'agit. Il lui donne tous les informations nécessaires pour retrouver l'aquarelle. Max lui demande alors de garder O.C pour ne pas qu'elle sache qui elle est : génétique à gogo. Max lui demande d'aller emballer l'ex de Logan.

Max, va alors sur le bateau du coréen qui a le bon aquarelle. Elle est toujours en robe, se faufillant sur le bateau. Elle va aller remettre la main sur la peinture. Trouvant le coffre, elle va remettre la main dessus. Récupérant le contenu du colis, elle se retrouve nez à nez avec le capitaine. Se battant un peu, elle n'arrive vraiment pas à se battre avec la robe. Un homme sonne l'alarme, et un autre en appèle d'autre. Max trouve la sortie et se sauve pour de bon.

On retrouve alors Mr Duvalier qui va faire la connaissance de Max. Cette fois-ci la bonne toile est là. On apprend qu'elle veut les plans livrés par erreur. Normal lui exprime sa reconnaissance, lui demandant d'aller déposer les plans, elle s'en va pour la petite fête. Puis disant à Logan qu'elle avait réussit. Puis se faisant gronder parce qu'elle a donné le colis à la mauvaise personne. Elle fait en sorte que le bouquet de fleurs arrive dans les bras de O.C. Logan lui disant qu'il a un truc à faire et qu'il a rejoindra dans une demie-heure. Max quand à elle va voir la tante puis prendre le collier en même temps.

Logan est à la morgue, puis il met une balle dans la tête dans la victime. Aidant le médecin légiste, elle change le résultat. Logan a l'aéroport met le pistolet dans le sac de Mr Duvalier. Max récupére la toile au passage. On retrouve Logan chez lui avec Max. Ils discutent des rapports de sa famille. Il parle de Daphné, de la robe. On apprend alors que son attitude avec O.C qu'en fait il y a un petit soucis de nature...Logan va alors payer la robe vu qu'elle va a ravir à Max. Il lui dit qu'il veut que tante Margot lui rende le bijoux. Elle lui tend le collier en lui disant qu'elle doit avoir de l'ADN de pickpocket. Logan se cognant contre le pied de la table, il sent une douleur, on le voit sourire à la fin de l'épisode.

A UN TERRAIN DE BASKET
(Logan joue au basket avec d’autres joueurs également en fauteuil roulant, Max l’attend près du terrain.)
Max : Rappelle-moi de ne pas te traiter de prétentieux, combien tu as empoché?
Logan : Nous n’avons pas joué pour de l’argent.
Max : Tu as dépensé toute cette énergie pour rien?! Les mecs m’étonneront toujours… Alors, de quoi tu voulais me parler?
Logan : Ah, aucune importance, j’ai changé mes plans.
Max : A propos de quoi?
Logan : Le mariage de mon cousin. Demain soir, je voulais que tu sois ma cavalière.
Max : Je suis prise de toute façon. Bon, passe une bonne soirée.
Logan : Hé! Je viens de te dire que je ne comptais pas y aller.
Max : Pas exactement. Tu n’as plus envie d’y aller?
Logan : Ahahah, tu ne poserais pas cette question si tu connais la famille du côté de mon père. Bennett aurait pu choisir l’un de ses frères pour être témoin…
Max : Parce que le témoin c’est toi?!
Logan : Oui, mais il cherche à provoquer son père en me choisissant. C’est mon oncle Jonas, je suis pour lui le canard boiteux ou la brebis galleuse de la famille si tu préfères. Ça t’ennuierait de m’accompagner?
Max : Je croyais que tu avais changé d’avis?
Logan : Est-ce-que j’ai le choix?!
Max : Tu es déshydraté ou quoi?! Parce que tu dis n’importe quoi sans vouloir te vexer.
Logan : Tu vas essayer de te libérer?
Max : Me libérer, bien sûr. Ça va être la fête!
Logan : Oh, je n’irais pas jusque là! Ils sont fiers d’appartenir à l’élite, seulement la plupart confonde fierté et arrogance.
Max : Moi aussi, je suis capable d’être arrogante! Avec mon ADN, je suis peut-être la digne descendante de tous les grands hommes qui ont jamais existé: Winston Churchill…Einstein…Pocahontas.
Logan : Tu as bien compris que la cérémonie sera très mondaine.
Max : Pas de problème.

(Elle s’en va.)

DANS UN MAGASIN DE VETEMENTS
(Accompagnée d’Original Cindy et Kendra, Max cherche une robe pour la soirée.)
OC : On sait que ça existe mais d’y entrer, c’est bluffant quand même.
Kendra : C’est comme s’il n’y avait jamais eu l’Impulsion.
Max (En montrant une robe): Qu’est-ce-que vous en dites?
OC : Hm hm.
Kendra : J’adore les mariages.
Max : Ça sera mon premier.
Kendra : Non, sans rires. Oh, je connais rien de plus romantique que deux amoureux qui s’offrent leur cœur l’un à l’autre jusqu’à la fin de leur vie. Moi, c’est le genre de truc qui m’excite.
OC : C’est virtuel total. Jurer qu’on jouera au bilboquet toute sa vie avec la même personne tous les jours jusqu’à la fin de sa vie, je veux même pas l’entendre.
Kendra : Laisse-la critiquer, toi, tu vas adorer ce mariage. (Devant une robe) La perfection.
OC : Je me demande combien coûte cette petite merveille?!
Kendra : Logan la paye, c’est bien ça non?
Max : Tu le crois du genre à m’entretenir?!
Kendra : Pourquoi pas.
Vendeuse : Bonjour, vous désirez?
Kendra : On est venue pour regarder.
Max : Combien coûte celle-ci?
Vendeuse : Six.
Max : Six cents?
Vendeuse : Non, six mille. C’est une robe de Raphael Banks, elle est unique.
OC : Unique? On aura tout vu!
Max : Vous pourriez me la mettre de côté. Je repasserais plus tard la chercher.
Vendeuse : Mais bien entendu.
Max : Merci beaucoup.

(Les filles s’en vont.)

(Plus tard, à la fermeture.)
Vendeuse : Bonsoir. Oh, je sortirais par dernière quand j’aurais fini.
Garde : D’accord.
Max (s’introduit par effraction dans le magasin pour voler la robe): Pour plaire les filles sont prêtes à tout.

DANS UN APPARTEMENT
(Un homme emballe un colis que Sketchy vient récupérer.)
Homme (Au téléphone): A cause de l’affaire Makiok, les flics m’ont encore à l’œil, je ne veux pas risquer de me faire arrêter à un barrage avec cet aquarelle volé.

(On tape à la porte.)
Homme : Tu contempleras ce chef d’œuvre dans deux heures. Relax, je ne suis pas le dernier des idiots. Détend-toi!

(Il raccroche et va ouvrir.)
Sketchy : Coursier de Jam Pony, je dois porter un colis au 435 Bledsoe.
Homme : Regardez-moi, vous me regardez bien?!
Sketchy : Avec mes deux yeux.
Homme : Ce sont des documents importants, vous pouvez m’assurer que ce paquet arrivera à bon port.
Sketchy : Je suis pas payé pour autre chose.
Homme (Tend le paquet et quelques billets): Prenez-en soin.
Sketchy : Comme à la prunelle de mes yeux.

A JAM PONY
(Sketchy et Sky se battent avec des paquets dont celui que Sketchy vient de récupérer.)
Normal : Hé, hé, ça suffit! Combien de fois il faudra vous dire qu’on n’est pas sur un terrain de jeu. Donnez-moi ça.
Max : Ne vous fâchez pas, ils font ça pour rigoler.
Normal : Allez les idiots, on reprend le boulot.
OC : Vous venez de nous traiter de quoi?
Normal : Je vous ai traitez tous autant que vous êtes d’idiots, du grec idiote signifiant personne atteinte d’idiotie, personne d’âge mental de deux ans dénuée d’intelligence et de bon sens.
Max : Vous vous prenez pour qui pour nous injurier comme ça.
Normal : Pour le patron. Bip, bip, bip!
OC : J’exige des excuses.
Normal : Non, c’est sérieux.
OC : Et tout de suite.
Normal : C’est vrai, peut-être que c’était exagéré de vous traiter d’idiots. Vous n’êtes que des débiles légers. Personne atteinte de pauvreté et de faiblesses natives des facultés intellectuelles. Individu d’âge mental entre 7 et 10 ans, accomplira sous supervision quelques tâches domestiques… Allez! Déguerpissez! Ou je vous mets à la porte.

DANS UN APPARTEMENT
(L’associé de l’homme ayant remis un paquet à Sketchy est interrogé par un gangster nommé Duvalier voulant récupérer son colis.)
Homme : Elle sera là d’une minute à l’autre.
Duvalier : Il ne nous a pas dit ça tout à l’heure qu’elle sera là d’une minute à l’autre.
Gangster1 : Si, Monsieur Duvalier. C’est bien ce qu’il a dit.
Duvalier : Et pourtant mon Rockwell est toujours dans la nature.
Gangster1 : Oui, Monsieur Duvalier.
Homme : Je vous assure qu’il arrive…
Duvalier : Je dois m’envoler pour Singapour ce soir. Et si mon Rockwell n’arrive pas à temps, mon client sera très très déçu. Et toi tu seras un homme mort.

(On frappe à la porte, le Gangster1 va ouvrir.)
Sketchy : Hé, coursier Jam Pony, veuillez signer le reçu ici…

(On lui claque la porte.)
Gangster1 : Votre paquet.
Homme : Ah, je vous l’avais bien dit…
Gangster1 : On se calme.
Duvalier : Voilà enfin ce que j’attendais, mon Rockwell… Mais qu’est-ce-que c’est que ça!

(Le paquet contient des plan d’usines, Duvalier frappe l’homme.)

A JAM PONY
(Logan arrive, il vient chercher Max pour leur soirée, Max arrive dans sa sublime robe.)
Logan : Bonsoir.
Normal : Bonsoir. Est-ce-que je peux vous aider?
Logan : Oui, est-ce-que Max est là?
Normal : Oui, elle est au…

(Max arrive.)
Max : Tu es superbe.
Logan : Toi aussi.
Max : On y va.
Logan : Oui.

DANS LA VOITURE DE LOGAN
(Max et Logan font le trajet pour aller à la cérémonie de mariage.)
Logan : J’ai préparé mon discours, tu veux bien le revoir avec moi?
Max : T’as l’air bien tendu?
Logan : Ca me rend nerveux de parler en public.
Max : Le Veilleur s’adresse pourtant à des millions de téléspectateurs?!
Logan : C’est différent, je suis tout seul devant la caméra. Ils seront tous à l’affut du moindre faux pas et dans 20 ans ils en parleront encore.
Max : Mais quelle importance?!
Logan : Y’en a pas!
Max : Si tu le dis… Vas-y…
Logan : Ok. Le mariage est un acte audacieux, il faut une grande confiance en soi pour avoir le courage de promettre à l’être aimé…
Max : C’est trop délirant de dire ça, comment on peut promettre à quelqu’un de l’aimer toute sa vie?
Logan : Max, c’est une déclaration d’intention, c’est un vœu.
Max : Tu as fait ce voeux et regarde le résultat…
Logan : Toi et l’oncle Jonas allez vous entendre à merveille.
Max : Peut-être que le mariage devrait rester secret comme ça le mariage se brise, on n’a aucun regret d’avoir dépensé des sommes folles pour être publiquement humilié.
Logan : C’est un engagement où chacun fait généreusement don de soi à l’être aimé. Le jour où Bennet m’a parlé de Maria…
Max : Marianne.
Logan : Quoi?
Max : Marianne. Tu as dis Maria.
Logan : Et c’est quoi?
Max : Tu as écris Marianne, quoi tu ne sais même pas le nom de la mariée?!
Logan : Je ne l’ai jamais vu. Oh, non…
Max : Donne voir la bague.

(Logan lui donne.)
Max : Waouh, diamant sans défaut, d’une belle eau. Oh, je le fourguerais pour 10 000 facile.

A JAM PONY
(Les hommes de Duvalier viennent chercher le paquet qu’ils n’ont pas reçu.)
Normal : Ah, désolé messieurs on est fermé. Je vous invite à repasser aux heures d’ouvertures de la société.
Homme : Mon patron devait recevoir un colis. Vous avez commis une erreur. Ce sont les plans d’une usine de reconditionnement de viande et non une aquarelle.
Normal : Eh bien, je ne sais pas quoi vous dire… D’après ces fichiers ce colis est bien le votre.
Homme : Cherchez encore.
Normal : Écoutez, si votre patron veut faire une réclamation, dites lui de remplir ce formulaire et revenez me voir.
Homme : Vous lui expliquerez vous-même! Fouillez-moi ces bureaux.

AU MARIAGE
(Max et Logan assistent à la cérémonie du mariage du cousin de Logan.)
Max (voit une femme pleurer): Est-ce-que ça va ?
Femme : Oh, je suis tellement heureuse pour eux.

(La cérémonie commence.)
Max (voix off): Pauvre fille! Son visage me rappelle celui de Jondy pendant les exercices de tirs à blanc… exprime-t-il de la terreur ou une volonté inflexible?! Oh, après tout, c’est sa vie.
Bennet : Moi Bennet, devant Dieu Marianne, je te prends pour légitime épouse. Tu es mon seul véritable amour, ma lumière. Quand je me sens fléchir, tu es là pour me soutenir. Tu es vaillante et généreuse pour deux.
Max (voix off): Il a l’air plutôt sincère.
Bennet : Quand je suis perdu, tu es là pour me guider et me réconforter.
Marianne : Moi Marianne, devant Dieu Bennet, je te prends pour légitime époux. Nous sommes issus de milieu différent mais la force de notre amour a construit ce pont qui les rapproche.
Max (voix off): Elle aussi…
Marianne : Je te promets sans aucune réserve de toujours te chérir…
Max (voix off): Ils ont l’air incroyablement heureux.
Marianne : Et tous les anges du paradis qui sont témoins de mon vœu.
Prêtre : Par les pouvoirs qui me sont conférés, par le commandement militaire de l’état de Washington, devant Dieu, je vous déclare mari et femme.
Max (voix off): Oh, ce qu’ils sont mignons.
Prêtre : Vous pouvez vous embrasser.
Femme (tend un mouchoir voyant Max pleurer): Tenez mademoiselle.
Max : Le buffet et l’endroit sont sublimes. Comment est-il devenu si friqué?
Logan : Mais avec l’argent des autres. Pour voler tous les vigidrones d’Amérique du Nord ont besoin d’une puce électronique… Mon oncle fabrique ces circuits intégrés.
Max : En d’autres termes, on est en territoire ennemi.
Logan : Hum.
Max : Quand mange-t-on le gâteau?
Logan (aperçoit son oncle): L’embêtant avec les fauteuils roulants c’est qu’on ne peut pas tourner le dos à quelqu’un en espérant qu’il passera sans vous reconnaitre.
Jonas Cale : Junior!
Margot Cale : Bonsoir Logan!
Logan : Oncle Jonas. Tante Margot, voici Max.
Margot : Max?
Max : Guevara.
Margot : Guevara?
Logan : Oui, les Guevara de Greenwich.
Jonas : J’ai pas le souvenir d’une famille Guevara à Greenwich. Mais le monde d’aujourd’hui n’est plus ce qu’il était. Alors qui sait?
Logan : Ahaha…

AU CRASH
(Herbal, Original Cindy et Sketchy trainent au Crash.)
Sketchy : Là où je critiquerai pas Normal, lui au moins, il sait qui, il est.
OC : Un blanc bec républicain excessif et hargneux, soupe au lait et constipé.
Sketchy : J’ai, moi aussi, du mal à cerner ma personnalité.
OC : Oh la… Tu nous fais la misère.
Sketchy : Non, je suis sérieux.
Herbal (au téléphone): C’est Normal...
OC : Ouais, quand on parle du loup…
Herbal : Il voudrait te parler… Il a l’air de mauvais poils. Tiens, cause.
OC : Herbal, il fait sa crise de l’exilé de l’intérieur, apprend lui ce zen dont tu as le secret et plus de bière.
Herbal (à Sketchy): Bouge-toi.
OC (au téléphone): Vous téléphonez pendant mon temps libre, j’espère que c’est pour vous excuser de nous avoir traités d’idiots autrement, je vous renvoie dans votre bac à sable.
Normal : Il y a une arme pointée sur ma tête.
OC : Faites comme ça vous chante. Moi, j’ai une recette pour en finir avec la vie qui est top, je vous conseille de mettre la tête dans le four et d’avaler des somnifères.
Normal : Ok, peut-être que je n’ai pas été assez clair, des hommes sont ici, armés jusqu’aux dents, boum boum! Et ils sont décidés à me tuer si je ne leur… Si nous ne leur retrouvons pas le colis qui n’a pas été livré par nos soins, il faut que vous m’aidiez.
OC : J’y gagne quoi moi?
Normal : De l’argent, beaucoup d’argent… 10 dollars… D’accord, disons 20.
OC: J’exige que vous fassiez des excuses à tous les coursiers de Jam Pony.
Normal : Oui, oui… Bien sûr, oui.
OC : Et je les veux aussi par écrit. Et je ne veux plus jamais vous entendre dire « Bip bip bip »! D’accord?
Normal : C’est clair, je vous assure que je saurais fermer ma grande gueule tant que je vivrais.
OC : Ok. C’est quoi, cette histoire de paquet égaré?

AU MARIAGE
Oncle Jonas : Tu écris toujours dans ta feuille de choux?
Logan : Oui, c’est à peu près ça.
Oncle Jonas : Et tu projettes de te trouver un emploi sérieux ou tu vas te contenter de lapider l’argent de ta famille jusqu’à la fin de tes jours?
Logan : Oh, mais j’adore mon travail.
Oncle Jonas : Puisque junior ne consent pas à m’écouter peut-être en utilisant votre charme vous pourriez le persuader de faire quelque chose de sa vie.
Max : Sa vie est très satisfaisante.
Oncle Jonas : Je comprends que si vous êtes ensemble vous êtes probablement une anarchiste comme lui et vous devez penser que c’était comme si j’avais parlé dans le vide.
Max : Non, c’était comme si vous aviez pissé en l’air.
Tante Margot : Ah, ah,… Oh, c’est Bennett et Marianne, excusez-moi.
Oncle Jonas : Amusez-vous bien.
Max : Désolé, c’était mérité.
Logan : Ah, ah, aucun problème, un whisky de plus et il aura tout oublié. Tu as vu le médaillon que portait ma tante Margot.
Max : Oui.
Logan : Hum, c’était celui de ma mère. Son père le lui a offert à sa naissance, elle ne l’a jamais quitté. Avant sa mort, elle m’a dit, je voudrais que tu le gardes en souvenir de moi. Mais quand je l’ai cherché dans sa boîte à bijoux, il s’était envolé.
Max : Mais tu as le droit de le récupérer.
Logan : Non, ça ferait trop d’histoires pour par grand-chose, si c’est pour entendre des mensonges, des fausses excuses et des récriminations autant ne rien dire et lui laisser ce bijou.
Max : Le tout puissant Veilleur se laisse gentiment rouler dans la boue et extorqué par sa propre famille, non mais je rêve. Je vais me chercher un autre verre.
Logan : Allez saoule-toi, vas-y.
Daphné : Logan.
Logan : Daphné.

A JAM PONY
OC : Tu es sûr d’avoir rapporté ici le paquet qu’il t’a remis?
Sketchy : Oh,… J’sais plus.
OC : Tu ne voudrais pas une paire de claques par hasard?
Sketchy : Y’a qu’une chose dont je suis sûr, c’est qu’on peut compter sur moi pour manquer de sérieux. Et là Normal a raison sur toute la ligne… Je suis qu’un idiot.
Herbal : Non, c’est lui l’idiot. Normal a interverti le contenu des paquets après leur combat, c’est la seule explication.
Sketchy : J’suis pas un idiot alors?
OC : Ne nous emballons pas. Qui s’est chargé de livrer l’autre tube?

AU MARIAGE
Logan : Max, je te présente Daphné, une grande amie. On était à Yale ensemble.
Max : Oh.
Daphné : Enchantée.
Logan : C’est une merveilleuse artiste.
Max : Ah, oui.
Logan : Hum hum.
Daphné : Je profite de l’occasion pour vous dire que cette robe de soirée vous va à ravir.
Max : Merci.
Daphné : Je l’ai trouvé sublime moi aussi mais son prix a très vite calmé mon envie. Hum, je vais devoir me contenter de mon Allégera Versace pendant quelques années.
Max : Excusez-moi.

(Au téléphone.)
OC : Voilà, toute l’histoire chérie. Maintenant on cherche ton client et j’appelle d’une cabine juste en bas de chez lui.
Max : Est-ce-que je peux te poser une question… Pourquoi on devrait donner un coup de main à Normal?
OC : Original Cindy déteste ce mec autant que toi, mais c’est pas une raison pour qu’on lui troue le crâne.
Max : Oui, ce n’est pas faux.
OC : Tu sais quelque chose sur Angelo Bioandello? Tu lui as remis le fameux paquet.
Max : Non, rien, pourquoi?
OC : L’entrée est fermée et à cette heure il n’y personne pour ouvrir.
Max : Casse une vitre.
OC : Tu veux que je rentre comme un voleur?!
Max : Et si le bureau de Biodello est fermé, tu peux crocheter la serrure.
OC : Il n’est pas question que je rentre là dedans par effraction, la vie de ce rat de Normal vaut beaucoup moins que ça. Et même si j’en avais le courage, je me perdrais dans les couloirs à coup sûr.
Max : Je pars toute suite.
Logan : Tu as été la cavalière de Billy Shawn Lessy ? Tu ne me l’as jamais dis.
Daphné : J’aurais dû te le dire?
Logan : Oui!
Max : Logan.
Daphné : Bon, si ça peut te consoler, je n’avais pas la même robe qu’à ton bal de fin d’année.
Max : Logan! Je te laisse il y a des gangsters qui veulent tuer mon patron.
Logan : Ok. Quel veinard et c’est moi qui ai hérité de la robe impossible à dégrafer.
Daphné : Toujours aussi gentlemen.
Voiturier : Je peux vous aider?
Max : Non, ça ira.

DANS LA RUE
OC : Désolé de te tirer de ta petite fête, beauté.
Max : Pas de problème.
OC : Alors, on joue à la fille de riche et on se tape la flambe.
Max : Tiens ça, tu restes ici et tu fais le guet.
OC : Qu’est-ce-que tu vas faire?
Max : Essaye de ne pas froisser cette robe, Cendrillon doit la rendre à sa marraine.

(Max s’introduit dans un immeuble.)
Max : Hey !

(Biodello glisse du rebord mais Max le rattrape.)
Max : On peut savoir à quoi vous jouez?
Biodello : J’écoutais le roi lion une toute dernière fois.
Max : Vous avez bien failli vous tuer!
Biodello : C’était le but de la manœuvre. Je devais obtenir une super promotion mais les plans ont disparu, le client est parti fâché et je me suis fait virer. Je vais perdre ma maison, ma femme, ma petite fille…
Max : Vous avez une femme et une fille et vous plongez tout droit dans une piscine sans eau !
Biodello : J’ai plus de job.
Max : Oui et alors! Trouvez-en un autre ! Dites-moi où est l’aquarelle.
Biodello : Le poster que j’ai reçu? Je l’ai jeté à la poubelle, elles sont en bas dans la cours… Attendez! Je vous reconnais, vous êtes coursier.
Max : Oui.
Biodello : Je crois pas trop aux anges, mais vous êtes venue m’ouvrir les yeux et j’en avais besoin alors, merci.
Max : Je pense pouvoir vous rapporter vos plans.

AU MARIAGE
Bennett : Logan, tu vas porter un toast en notre honneur, j’te fais confiance…
Logan : Ah ah, je garderai le secret sur ton enterrement de vie de garçon.
Bennett : Ah…

(Logan cherche son discours dans ses poches mais ne le trouve pas…)

DANS LA RUE
(Max retrouve l’aquarelle qui était dans les poubelles.)
Max : Ah!

(Max retrouve OC.)
Max : Hey, ferme ma robe… (Max retrouve le discours de Logan) Logan! Son discours!

AU MARIAGE
Oncle Jonas : Votre attention, il revient à Logan de porter le premier toast…

CHEZ LE GANSTER
OC : Vous attendez une livraison de Jam Pony?
Gangster : C’est là-haut.
Normal : J’ai du mal à croire qu’ils aient fait tout ça pour moi.
Duvalier : Vous avez cru qu’ils vous laisseraient crever.
Normal : Oui, vous savez, ils ne m’aiment pas beaucoup.
Duvalier : Ah, ça n’a rien d’étonnant.
Normal : Eh bien, c’est pas trop tôt, bip! Euh, j’ai rien dit. Bon, je peux y aller.
Duvalier : Tu crois que j’y verrais que du feu et que je partirais avec cette copie?!
Vendeur : Non, non, parce que si c’est un faux, alors, je me suis fait avoir moi aussi. Ah, attend, j’avais l’original ok, je le jure. Alors soit mon associé m’a doublé soit c’est eux qui ont monté le coup.
OC : Eh, on porte des paquets, un point, c’est tout. On a retrouvé le vôtre, alors laissez le partir. Ce mec là a opté depuis la naissance pour une vie de naze bien rangé.
Duvalier : Tu sais ce que signifie le mot précipitation?
Vendeur : A la météo, c’est ce qu’ils disent quand il pleut, non?
Duvalier : Non (jette le type par la fenêtre)! Voilà, ça c’était une précipitation! Débrouillez-vous pour retrouver mon Rockwell, parce que si je l’ai pas dans les 2h qui viennent, c’est lui qui saute!

AU MARIAGE
Logan : Euh… Le mariage est un acte désespéré… Euh, plein d’audaces ah ah, oui, c’est un acte audacieux et parce qu’il faut une grande confiance en soi pour s’engager généreusement à faire don de l’autre à soi, pas à soi, à l’autre. Je suis désolé, c’est l’émotion je crois, pardonnez-moi. Quand Bennett m’a parlé de son amie et qui en était fou amoureux d’une si merveilleuse et délicieuse femme… Marianne, je lui ai d’abord dit, qu’il avait de la chance d’avoir trouvé une femme pour partager sa vie. Le destin a voulu que leur chemin se croise mais ils se marient parce qu’ils l’ont décidé et aujourd’hui, ils se sont embarqués dans la plus belle aventure que l’on puisse vivre à deux.
Bennett : Le début était laborieux, mais tu as été excellent, merci.
Max : Jolie prestation.
Logan : Merci d’être venu à mon secours.
Max : Mieux vaut tard que jamais.
Logan : Mais où étais-tu passée?
Max : Ce serait trop long. Alors pour la fille?
Logan (en même temps que Max): Alors pour la robe? Avoue, tu l’as volée, non?
Max : Empruntée, Logan. C’est une de tes ex?
Logan : Oui, c’est exacte. Mais tu l’as empruntée à qui?
Max : A un grand couturier. C’était sérieux vous deux?
Logan : On a dû être fiancés 5 minutes. Tu comptes la rendre?
Max : Ce ne sont pas tes affaires. Pourquoi vous êtes-vous séparés?
Logan : Ce ne sont pas tes affaires.
Oncle Jonas : Junior!
Max (au téléphone): Non, en dehors de la pluie, je ne sais pas ce que ce mot signifie… Ah. C’est un faux… Sketchy a fait l’enlèvement à quel endroit?
Femme : Je n'ai jamais su pourquoi Daphné et Logan avaient rompu leurs fiançailles.
Max : Et il a doublé son complice, celui qui s’est fait défenestré?!
Tante Margot : Il est clair que Logan a besoin d’une femme dans sa vie. Pauvre garçon, cela dit, il n’a jamais été aussi séduisant.
Femme : Et Daphné a tout l’air de s’être enfin décider à se marier.
Max : Au 7B, très bien, j’arrive.
Tante Margot : J’ai hâte de savoir qui attrapera le bouquet de la mariée.

DANS UN IMMEUBLE
Max : C’est quoi cette histoire du bouquet de la mariée au juste?
OC : La fille qui l’attrape quand la mariée le lance épousera l’homme de ses rêves, jeu puéril que les hétéros adorent.
Max : Vous savez où est le gars qui habite ici?
Voisine : Il s’est barré cet après-midi.
OC : Vous savez où il est?
Voisine : Non, mais il était plein aux as, ça y’a pas de doutes, il a filé à l’aéroport en limousine avec des filles à moitié à poil.

DANS UNE CHAMBRE D’HOTEL
Homme : Ah, champagne et jacuzzi quoi rêver de mieux? Vous n’êtes pas gâtées là? C’est génial, non?!
Max : J’ai besoin de toute votre attention car je suis attendue quelque part… Qu’est-ce-que vous en avez fait?
Homme : Euh… Je vous connais vous?

(Max noie l’homme.)
Fille : Le coquin est friand de jeux érotiques… Combien il vous paie les filles?
Max : L’aquarelle, où l’avez-vous planqué?
Homme : Qu’est-ce-que c’est que cette histoire d’aquarelle?
Max : Je vais vous faire un résumé, vous l’avez mise aux enchères et vous avez doublé votre associé qui a été tué. Vous prenez le large avec le fric mais la météo est mauvaise et votre vol est annulé et vous voilà au motel accompagné de jolies playmates à atteindre que le brouillard se lève.
Homme : Allez chercher quelqu’un d’autre, j’ai rien à voir là-dedans…
OC : Attend, laisse-moi faire une beauté, je voudrais pas que tu te salisses…

(Plonge la tête de l’homme dans l’eau.)
Homme : Ok.
Max : Vous l’avez revendu à qui?
Homme : Je l’ai fourguée à un coréen c’est un capitaine, sur le bateau y’avait un collectionneur et c’est pour le palais présidentiel qu’il l’a achetée.
Max : On décolle.

AU MARIAGE
OC : Y’a rien de tel qu’un bouquet printanier de fesses roses et nacrées pour oublier une défenestration.
Max (à la tante Margot): Jolie médaillon.
Tante Margot : Oh, merci.
Logan : …Oui, il a malheureusement échoué à tous ses…
Max : Logan, il faut qu’on parle, c’est important. Excusez-nous.
Logan : Tu es sûre que ce Runyan l’a revendu à des coréens?
Max : C’est ce qu’il a dit.
Logan : Ces contrebandiers pillent notre patrimoine culturel en revendant nos trésors à l’étranger et au plus offrant.
Max : Ils appellent ça du commerce mais ne prend pas ça comme une attaque.
Logan : Oui, je me souviens du jour où ils ont volé ce Rockwell, il y avait aussi un Jackson Pollock et un original de Nancy Kintis. Le Pollock a atterris en Afrique du Sud à Johannesburg et le Kintis en Arabie Saoudite à Riad.
Max : Ben, si on se dépêche pas, Normal va atterrir sur le trottoir.
Logan : J’ai un bâtiment de l’armée coréenne mouillé dans Elliot Bay, il doit larguer les amarres dans une heure.
Max : ça t’ennuis si Original Cindy reste ici pendant mon absence?
Logan : Non, mais pourquoi?
Max : Si je suis obligée d’envoyer par-dessus bord la moitié de ces militaires, je devrais lui envoyer que je suis une machine de guerre conçue in-vitro pour tuer.
Logan : Ce Rockwell doit rester aux États-Unis à tout prix, appelle ici quand tu…
OC : Tu sais où il est?
Max : Oui, je dois aller le chercher. En attendant, tu veux bien rendre un service, tu vois cette fille… C’est une ex de Logan.
OC : Je te l’emballe.
Max : Merci, beauté.
OC (à Daphné): J’adore votre façon de vous trémousser.

SUR LE BATEAU
(Max vient récupérer l’aquarelle, quelqu’un arrive.)
Max : Moi, aimez-vous longtemps!

(Max assomme plusieurs gardes et parvient à s’échapper.)

CHEZ LE GANGSTER
Max : Où est mon patron?! Il ne vous a pas trop ennuyé, au moins…
Duvalier : Mon Rockwell. Ils peuvent partir.
Max : Minute, je veux récupérer l’autre colis, les plans qu’on vous a livré par erreur…
Normal : Euh, Max…
Max : On est professionnel ou quoi?!

(Duvalier lui donne les plans.)
Max : Merci d’avoir fait appel à nous.

DANS LA VOITURE
Normal : Je sais qu’aucun d’entre vous n’éprouvent de l’affection pour moi, c’est pourquoi, j’ai été vraiment très touché de voir ce que vous avez fait pour me sortir d’affaire et je tenais à vous exprimer ma reconnaissance éternelle…
Max : Normal!
Normal : Oui, Max?
Max : Je suis très en retard, déposer ça avant de rentrer, bip, bip.
Normal : Ok.

AU MARIAGE
Max : Mission accomplie.
Logan : Où est le Rockwell?
Max : Bah, je l’ai donné à Duvalier.
Logan : Tu es folle?!
Max : Tu aurais voulu que je fasse quoi? Il allait tuer Normal…
Logan : Oui, je comprends. Mais on ne peut pas le laisser filer avec une aquarelle de Norman Rockwell, elle appartient à notre patrimoine.
Max : Toutes nos actions devraient soutenir une cause avec toi.
Logan : Ecoute, j’étais sur le quai quand ils ont empilé chaque pierre du temple de la renommé du baseball sur un cargo pour Kyoto. Le sultan de Bruinai a fait découper la statue de la Liberté et l’a embarquée chez lui…
Marianne : Attention les filles, vous êtes prêtes?
Logan : Un jour la dépression prendra fin et ce jour-là…

(Max dévie le bouquet de fleurs et OC l’attrape.)
Max : Tu disais?
Logan : Je disais qu’un jour la dépression prendra fin et que ce jour-là ce serait agréable d’avoir encore quelques chefs-d’œuvre.
Max : Normal a entendu Duvalier parlé de fourguer le Rockwell à Singapour pour une grosse somme d’argents, il partait ce soir mais l’aéroport est fermé.
Logan : Ce n’est plus le cas, les mariés viennent de téléphoner, tu dois aller au Terminal des vols internationaux.
Max : Je n’ai pas encore eu de gâteau Logan! Où est-ce-que tu vas?
Logan : Je te rejoins dans une demi-heure, j’ai un truc à faire… Excusez-moi.
OC : Si vous voulez mon avis, c’est du gaspillage Original Cindy ne se cherche pas de mari.
Daphné : Ca vous direz une partie de billard?
OC : Je ne dis pas non.
Daphné : Allons-y.
Tante Margot : Elle était là à l’instant…
Max : Je suis venue vous dire au revoir, cette réception était tout à fait divine.
Tante Margot : Au revoir, très chère. C’est une Guevara, une des Guevara de Greenwich.

A LA MORGUE
Shankar : Dites-lui quand vous le verrez que c’est toujours un plaisir d’aider le Veilleur. Il est arrivé, il y a une heure, ça a tout l’air d’un suicide.
Logan : Oui, mais en réalité, il s’agit d’un meurtre.

(Il tire sur le cadavre.)
Shankar : Je présume que les conclusions du rapport d’autopsie seront que la victime a été tuée d’une balle dans la tête.

A L’AÉROPORT
(Logan fonce sur Duvalier et glisse une arme.)
Logan : Oh, pardon, je suis désolé.
Duvalier : Hé, tu peux pas faire attention crétin! La prochaine fois, je te pète les deux bras.
Agent : Mettez-vous de ce côté messieurs, s’il vous plaît.
Duvalier : J’ai un avion à prendre qui décolle dans moins de vingt minutes…
Agent : Par ici messieurs.
Duvalier : Quel est le problème, monsieur l’officier? Vous cherchez quoi? Ça c’est pas à moi!
Max : Pas mal, tu le fais coffrer pour un meurtre qu’il a effectivement commis.

CHEZ LOGAN
Max : Pendant que ton oncle bat tous les records de soulographie, tu traînes un meurtrier devant la justice et tu récupères un trésor national. Peut-être qu’il est temps qu’il comprenne que tu n’es pas une brebis galeuse…
Logan : Si j’étais le Messie et que je marchais sur l’eau il dirait encore, « Oh quoi, tu ne voles pas? » Pour des raisons que j’ignore, je suis un perdant à ses yeux.
Max : Triste.
Logan : Oui, ça me rend service, il est le modèle de ce que je ne veux pas devenir. Si on parlait de Daphné?
Max (en même temps): Si on parlait de cette robe? A toi l’honneur.
Logan : Elle a rompu avec moi du jour au lendemain et j’essayais d’éviter de te le dire. Elle ne m’a jamais donné d’explications… C’est peut-être ce qui m’a poussé à parler avec elle toute la soirée.
Max : Tu connais ses raisons?
Logan : Elle n’a rien dit, c’est plutôt son attitude envers Original Cindy qui me fait penser que… Enfin.
Max : La nature à ses énigmes.
Logan : Oui. C’est juste.
Max : A propos de la robe, je savais que ça t’ennuyait déjà d’aller à ce mariage, je voulais te mettre à l’aise en étant une cavalière qui soit dans le temps.
Logan : Je ne voudrais pas que tu ressembles à ces gens.
Max : Je comprends. Je vais aller la rendre.
Logan : Non, garde là. Ne l’a rapporte pas.
Max : Logan Cale, partisan de la droiture et de l’honnêteté encouragerait le vol?!
Logan : Non, je téléphonerais au couturier qui m’enverra la facture.
Max : Pas question. C’est du gaspillage.
Logan : Pas du tout. Cette robe te va à ravir. D’ailleurs, tu étais la plus belle femme de la soirée. J’ai changé de point de vue à propos de Tante Margot, je vais aller lui demander de me rendre ce médaillon, après tout, il appartenait à ma mère.

(Max lui donne le médaillon qu’elle a volé.)
Logan : Comment tu…
Max : A croire que j’ai de l’ADN de pickpocket.
Logan : C’est gentil.
Max : L’heure a sonné pour Cendrillon.

(Elle s’en va.)
Logan : Pour Pâques ne prévoit rien surtout, l’oncle Jonas déguisé en gigantesque lapin est un spectacle à ne pas rater.

(Il se cogne le pied.)
Logan : Ahou…

(Il recommence.)
Logan : Ahou !

(On a blacktop, Logan is playing in a wheelchair basketball game. A few people are watching, including Max. Logan scores what must be the winning basket because the players cheer and the game ends. Logan goes over by Max and puts on his backpack.)

MAX: Remind me not to get on your bad side. How much you win?
LOGAN: We weren’t playing for money.
MAX: You killed yourself like that for nothing? Must be a guy thing. So what’d you want to talk to me about?
LOGAN: Don’t worry about it. Changed my mind.
MAX: About what?
LOGAN: My cousin’s wedding is tomorrow night. I was going to ask you to be my date.
MAX: I’m busy anyway. Have a good time though.
LOGAN: Hey! I’m not going. Didn’t I just say that?
MAX: Not exactly. Why you bailing out?
LOGAN: If you knew my father’s side of the family, you wouldn’t be asking. Besides, it’s not like Bennett can’t ask one of his brothers to be best man.
MAX: Best man!
LOGAN: Yeah. Well, he’s only doing it because he knows it’ll make his father angry. That’s my Uncle Jonas, who regards me…as the black sheep of the family, I guess you could say. So you really can’t come with me?
MAX: You said you weren’t going.
LOGAN: How can I not?
MAX: Are you dehydrated or something? ‘Cause you’re not making a whole hell of a lot of sense.
LOGAN: Think you can get out of your plans?
MAX: My plans? Sure. Sounds like fun.
LOGAN: I wouldn’t go that far. These aren’t exactly your peeps. These people pride themselves on being snooty.
MAX: Don’t talk to me about snooty. With my DNA I’m pretty much a blood relative to everybody who’s been anybody, ever. Winston Churchill…Einstein…Pocahontas.
LOGAN: I should mention this is gonna be a formal affair.
MAX: Not a problem.
(They split up and leave. Logan smiles.)
(Max, Kendra, and Original Cindy walk into an upscale clothing store.)
ORIGINAL CINDY: You hear stories about places like this, but damn.
KENDRA: It’s like the Pulse never happened.
MAX (looking at a dress): What do you think?
(The other two shake their heads and they all keep walking.)
KENDRA: I love weddings.
MAX: Never been to one.
KENDRA: Seriously? There is nothing more romantic than two people pledging their hearts to each other ‘til the day they die. Makes me incredibly horny.
ORIGINAL CINDY: No thank you. Knockin’ the boot with the same person, day in, day out, for the rest of your life? I’m not even trying to hear that.
KENDRA: Don’t listen to her. You are so gonna have a good time.
(They stop in front of a different dress.)
KENDRA: Perfect.
ORIGINAL CINDY: Wonder how much cheddar they want for this bitch?
KENDRA: Logan’s paying for this, right?
MAX: It’s not like he’s my sugar daddy.
KENDRA: Why not?
SALESWOMAN: Can I help you?
KENDRA: We’re just browsing.
MAX: How much is this?
SALESWOMAN: Six.
MAX: Hundred?
SALESWOMAN: Thousand. It’s an imported Raphael Banks original.
ORIGINAL CINDY: Now that’s just stupid.
MAX (elbowing her): Could you put this on hold? I’m gonna come back for it later.
SALESWOMAN: Of course.
MAX: Thank you.
(The three of them leave.)
(Later that night, as the store is closing and most of the lights are out)
SALESWOMAN (to a security guard): Good night. I’ll let myself out when I finish up.
GUARD: Okay.
(Max drops from the ceiling. She goes over to the dress and removes it from the mannequin.)
MAX: What a girl has to go through to look good.
(Sees the saleswoman coming. The saleswoman comes over to the mannequins, taking inventory or something, and notices the dress is gone. Over her shoulder we see Max heading out a window with the dress.)
(In a studio apartment, a guy is talking on his cell phone and rolling something up in a mailing tube.)
GUY: I’m still wanted by the cops on that Makioka thing. No way I’m gonna try to get past a sector checkpoint with a hot painting…It’ll be there in two hours…Relax! This is me you’re talking to. Chill. (Hangs up and answers a knock on the door.)
SKETCHY: Jam Pony messenger. I got a package going to 435 Bledsoe.
GUY: Look at me. Are you looking at me?
SKETCHY: With both eyes.
GUY: This is a very important package. You make sure it gets to where it’s supposed to go.
SKETCHY: That’s what the man pays me to do.
GUY (holding out some extra money): Make sure.
SKETCHY (taking the money): I’ll guard it with my life.
(At Jam Pony, Sketchy is using the mail tube in a swordfight with another employee.)
NORMAL: Hey, hey, hey! That’s enough! How many times I gotta tell you people this is a place of business? Gimme those.
(During the swordfigh,t the packages open and their contents are spill out.)
MAX: Come on, Normal, they’re just fooling around.
NORMAL (putting the contents back in the tubes): All right, idiots. Let’s get back to work.
ORIGINAL CINDY: What did you just call me?
NORMAL: I just called you and the rest of your colleagues here idiots. It’s from the Greek idiotes, as in one afflicted by idiocy, a feeble-minded person having a mental age not exceeding three years.
MAX: Who the hell do you think you are, talking to us like that?
NORMAL: Your boss. Now bip bip bip!
ORIGINAL CINDY: I want an apology.
NORMAL: Is that right?
ORIGINAL CINDY: Now.
NORMAL: All right. Perhaps I was unduly harsh calling you people idiots…when in fact you’re morons. From the Greek moros, as in feeble-minded, or mental defective, having an age of between eight and twelve, capable of doing menial tasks under supervision. Now get out of my sight! Or you’re all fired.
(In a large apartment, a man is sitting nervously on a couch, surrounded by a man named Duvalier and two tough guys.)
MAN: It’ll be here any minute.
DUVALIER: Didn’t he just tell me it’d be here any minute a minute ago?
TOUGH GUY: Yes, Mr. Duvalier, that’s what he said.
DUVALIER: And yet my Rockwell still isn’t here.
TOUGH GUY: No, Mr. Duvalier.
MAN: Don’t worry, you’ll have it.
DUVALIER: I’ve got a plane to catch to Singapore tonight. And if that Rockwell doesn’t arrive in time, I’ll have to disappoint my buyer, and you--(points to man on couch)--is a dead man.
(Knock on the door. One of Duvalier’s guys answers it.)
SKETCHY: Hi. Jam Pony messenger. I need your signature here--
(Duvalier’s guy takes the tube and shuts the door in Sketchy’s face.)
DUVALIER’S GUY: Yo, baby.
MAN (relieved): What’d I tell you?
DUVALIER: That’s what I been waitin’ for. My baby.
(Duvalier opens the tube. He pulls out some blueprints.)
DUVALIER (hitting the man): What the hell is this?!
(At Jam Pony. Logan enters, wearing a tux.)
LOGAN: Hey.
NORMAL: Hey. Can I help you?
LOGAN: Yeah. Is Max around?
NORMAL: Yeah, she’s in the, uh…
(Max enters the room wearing the dress, with her hair up and Original Cindy behind her. She’s walking in slow motion, smiling. Logan is looking at her and smiling, and even Normal seems impressed.)
MAX: You clean up nice.
LOGAN: So do you.
MAX: Shall we?
LOGAN: Sure.
(In Logan’s car)
LOGAN (handing Max a folded sheet of paper): My speech for the toast. Would you mind running through it with me?
MAX: You seem nervous.
LOGAN: I’m no good with public speaking.
MAX: You deliver cable hacks to millions of people.
LOGAN: That’s different. There’s no one around, just a camera. There’s no family waiting for you to screw up so they can talk about it for the next twenty years.
MAX: Why do you care?
LOGAN (looking agitated): I don’t.
MAX: Whatever. (Unfolds the paper.) Shoot.
LOGAN: Okay. “Marriage is an act of daring, which requires that we be brave enough to promise ourselves--”
MAX: See, that’s what I don’t get. How can you promise you’re gonna love someone forever?
LOGAN: Well, it’s a declaration of intent. A vow.
MAX: You took it, and look how that turned out.
LOGAN: You and Uncle Jonas are going to get along famously.
MAX: Maybe weddings should be held in secret. That way, when the marriage falls apart, you haven’t spent a lot of loot on what was really just some big ol’ public humiliation.
LOGAN (giving her a look): “It requires we entrust our most secret inner selves to them. When Bennett first told me about Marion--”
MAX: Marianne.
LOGAN: What?
MAX: Marianne. You said Marion.
LOGAN: Which is it?
MAX: It says Marianne. You don’t know the bride’s name?
LOGAN: I’ve never met her. (Winces.) God.
MAX: Can I see the ring? (Logan hands it to her.) Wow. Good clarity, colorless…I could fence this for ten thou, easy.
(Logan gives her a look.)
(At Jam Pony, Normal is about to lock up when Duvalier’s guys come in with the tube.)
NORMAL: Hi, guys. Sorry, we’re closed. I invite you to come back during regular business hours, though.
ONE OF THE GUYS: My boss was expecting a package. You sent the wrong one. These are blueprints for a meat packing plant, not his painting.
NORMAL (checking a clipboard): I don’t know what to tell you, pal. My records show this is your package.
DUVALIER’S GUY: Check it again.
NORMAL: Listen. If your boss wants to file a complaint, have him fill this out. Okay? Get back to me. (Hands him a form.)
DUVALIER’S GUY (grabbing Normal and stuffing the form in his mouth): Tell him yourself. (To the other guys) Tear this place apart. (Drags Normal out the door.)
(At the wedding. Logan is up front, with the groom. Max notices the woman sitting next to her is teary.)
MAX: Are you okay?
WOMAN: I’m just so happy for them.
(Harpist starts playing “The Wedding March” and the bride enters.)
MAX (thinking): Poor thing. Reminds me of the look on Jondy’s face during live ordnance drills. I wonder if that’s terror or grim determination. Oh, well. It’s her life.
BENNETT: I, Bennett, take you, Marianne, to be my lawfully wedded wife. You are my one true love, my light. When I was afraid, you were always there. You were brave enough for the both of us.
MAX (thinking): He sounds sincere enough.
BENNETT: And when I couldn’t see, you were always there to guide me home again.
MARIANNE: I, Marianne, take you, Bennett, to be my lawfully wedded husband. You and I come from two different worlds, but our love is strong enough to build a bridge between them.
MAX (thinking): Her too.
MARIANNE: I promise to cherish you always, without reservation…
MAX (thinking during Marianne’s vows): They look so happy.
MARIANNE: …and all the angels in Heaven are witness to my vow.
MINISTER: By the power vested in me by the military command of the state of Washington, I now pronounce you husband and wife.
MAX (thinking): Oh! That is so sweet.
MINISTER: You may kiss the bride.
(They kiss and everybody claps. Max tears up.)
WOMAN (handing her a tissue): There you go, dear.
(Max dabs at her eyes with the tissue. Logan glances at her and looks surprised.)
(At the reception. Max takes a glass of champagne as Logan comes up to her.)
MAX: You’re uncle’s got a nice spread. Where’d he make all his dough?
LOGAN: Off the misery of others. Every hoverdrone in North America requires this one chip in order to fly. My uncle manufactures that chip.
MAX: So, in other words, we’re in enemy territory.
LOGAN: Mm-hmm.
MAX: When do we get the cake?
LOGAN (smiling a little. Then his smile disappears and his eyes widen): Trouble with wheelchairs is you, uh--ahem--you can’t turn your back on someone and hope they won’t recognize you. (Forces a wide smile.)
JONAS: Junior!
MARGO: Hello, dear.
LOGAN: Hi. Uncle Jonas, Aunt Margo. This is Max.
MARGO: Max…?
MAX: Guevara.
MARGO: Guevara.
LOGAN: …of the Greenwich Guevaras.
JONAS: I don’t recall there being any Guevaras in Greenwich. But the world’s going to hell in a handbasket, so who knows?
(He and Margo laugh, and Logan forces a laugh.)
(At Crash)
SKETCHY: One thing you can say about Normal is at least he knows who he is.
ORIGINAL CINDY: A constipated, crusty, angry, rhythm-free, Republican white man?
SKETCHY: I myself struggle with self-identity.
ORIGINAL CINDY: Wiggy, you trippin’.
SKETCHY: No, I’m serious.
HERBAL (with cell phone): It’s Normal.
ORIGINAL CINDY: Speak of the devil.
HERBAL: He’s asking for you. He sounds upset. Talk.
ORIGINAL CINDY: Herbal, drop some of that I-and-I science on Wiggy here. And don’t let him have no more beer. (They leave. She speaks into the cell phone.) You callin’ during personal time, you better be calling to apologize for what you said at work today. Otherwise, I’m hangin’ up on your ass.
NORMAL (on phone): There’s a gun pointed at my head.
ORIGINAL CINDY: You do what you gotta do. But if you’re askin’ my advice on how to end it all, I’d suggest you put your head in the oven. Or go the sleepin’ pill route.
NORMAL: Okay. Maybe I’m not making myself clear. There are men here with guns, boom boom, who intend to kill me if I don’t--if we don’t find their package, which has apparently been misplaced. I need your help.
ORIGINAL CINDY: Well, what’s in it for me?
NORMAL: Money. Lots of it. Ten bucks. (She sighs and rolls her eyes.) All right, make it twenty.
ORIGINAL CINDY: I want an apology to every messenger at Jam Pony.
NORMAL: Yeah, yeah, sure, sure.
ORIGINAL CINDY: And I want it in writing. And I don’t ever wanna hear the words “bip, bip, bip” again.
NORMAL: That’s--you’ll never hear another “bip” out of my cakehole as long as I live.
ORIGINAL CINDY: Okay. What’s the dealio with the package?
(At the reception.)
JONAS: Still writing those little articles of yours?
LOGAN: Yes, as a matter of fact.
JONAS: Any plans on getting a real job, or are you content to dine at the family money trough for the rest of your life?
LOGAN (laughing): I enjoy my work.
JONAS (to Max): Since Junior here won’t listen to me, maybe you can use your charms to persuade him to do something with his life.
MAX: Junior’s doing just fine.
JONAS: Of course, if you’re shacked up with him, you’re probably one of those free thinkers, too, and think I’m talking through my hat.
MAX (smiling sweetly): Not unless you wear your hat on your ass.
(Margo laughs, Logan laughs, and eventually Jonas cracks half a smile.)
MARGO: Oh, there’s Bennett and Marianne. Excuse me.
JONAS: Enjoy the party. (They walk away.)
MAX: Sorry. I had to do it.
LOGAN: It’s fine. Another highball and he won’t even remember meeting you. Did you notice the locket my Aunt Margo was wearing?
MAX: Yeah.
LOGAN: That was my mother’s. My father gave it to her the day I was born. She never took it off. Before she died, she told me that she wanted me to have it, to remember her by. But…when I went looking for it in her jewelry box, it was gone.
MAX: You’re gonna ask for it back.
LOGAN: No. I mean, it’ll just cause too big a deal, and…you know…with all the denials, and excuses, and lies, and recriminations, it’s just…it’s easier to let it slide.
MAX: The great and powerful Eyes Only is gonna let himself get crapped all over and ripped off by his own family? I need another drink.
LOGAN: Knock yourself out. (She walks away.)
(A woman glances over at him and smiles.)
WOMAN: Logan.
LOGAN (turning around, then smiling widely): Daphne.
(At Jam Pony)
ORIGINAL CINDY: You sure you brought it back here after you picked it up?
SKETCHY: I don’t remember.
ORIGINAL CINDY: Don’t make me come over there and smack you.
SKETCHY: The only thing that I know for sure is that I can be relied upon to be unreliable. In many respects, Normal’s right. I’m an idiot.
HERBAL: No. He’s the idiot. Normal switched the contents of the packages after the swordfight. It’s the only explanation.
SKETCHY: You mean I’m not an idiot?
ORIGINAL CINDY: Let’s not go that far. Now who delivered the other mail tube?
(At the reception. Max walks up to Logan, who is laughing with Daphne.)
LOGAN: Max, say hi to Daphne, my, um…old friend. We went to Yale together.
MAX: Oh.
DAPHNE: Hi.
LOGAN: She’s an amazing artist.
MAX: Really.
LOGAN: Mm-hmm.
DAPHNE: I’ve been meaning to tell you how lovely that dress looks on you.
MAX: Thank you.
DAPHNE: I lusted after it myself, but…saw the price tag and got sticker shock. (Logan gives Max a look.) I guess I’ll just have to stick with my Allegra Versace for another decade.
(Max’s pager goes off.)
MAX: Excuse me.
(Original Cindy is on a pay phone, talking to Max.)
ORIGINAL CINDY: That’s the dealio, sugar. Packages got switched. Now I’m outside the building you made the drop at.
MAX: Can I ask you one question? Why exactly are we helping Normal?
ORIGINAL CINDY: Hey, Original Cindy don’t like the man neither, but that don’t mean she wanna see him with a bullet in his head.
MAX: Yeah, I suppose.
ORIGINAL CINDY (looking at a business card): You remember anything about this Angelo Biondello guy that you made the drop to?
MAX: No clue. Why?
ORIGINAL CINDY: ‘Cause the building’s locked, and ain’t nobody here to let me in.
MAX: So break in.
ORIGINAL CINDY: Break into the building?
MAX: Yeah, and if Biondello’s office is closed, just slim-jimmy your way in.
ORIGINAL CINDY: I am not committing felony breaking and entering, even to save Normal’s subhuman life. Besides, even if I could…I’d probably just get lost anyway.
MAX: I’m on my way.
(Max goes back to Logan and Daphne, who are sitting at a table, laughing and joking.)
LOGAN: You went to Billy Shaughnessy’s senior prom? You never told me that.
DAPHNE: Yeah. Was I supposed to?
MAX: Logan--
LOGAN: Yeah!
MAX: Logan--
DAPHNE: If it’s any consolation, I wore a different dress to his prom.
MAX: I have to deal with some gangsters trying to kill my boss.
LOGAN: Okay. (To Daphne) Lucky Billy. As I recall, that dress was impossible to unzip.
DAPHNE: You bad boy!
(They laugh and Logan sips on his champagne as Max leaves.)
(Max takes some keys from the board hanging on the wall.)
VALET: Can I help you?
MAX: Oh. Found ‘em.
(Max roars off in a silver convertible and pulls up in front of Original Cindy.)
ORIGINAL CINDY: Sorry to pull you away from your do, Boo.
MAX: No problem.
ORIGINAL CINDY: Look at you flossin’ in a dope ri-zide.
MAX (handing Original Cindy her little purse): All right. Stay here and keep an eye out.
ORIGINAL CINDY: What are you gonna do?
MAX: Try not to wrinkle this dress. Cinderella’s gotta return it in the morning.
(Max goes around to the side of the building. She jumps onto a dumpster and up into a window. Down the hall she finds Angelo Biandello’s office. It’s empty, but she sees a man sitting on the edge of the balcony outside the window, wearing Walkman.)
MAX: Hey.
BIONDELLO (startled, slipping off the balcony): Aaaaahhhh!
(Max grabs his hand and pulls him back onto the balcony.)
MAX: What do you think you’re doing?
BIONDELLO: Listening to “The Lion King” for the last time.
MAX (yanking off the Walkman): You almost got yourself killed!
BIONDELLO: Well, that’s kinda the point. This was supposed to be my big break...but the plans never got here. Client left in a huff. I got fired. Now I’m gonna lose my house, my wife…my little girl…
MAX: You have a wife and a kid, and you’re about to take a header into the no-parking zone? (Slaps him upside the head.)
BIONDELLO: My job!
MAX: It’s just a job. Get over it! Now tell me where the painting is.
BIONDELLO: That poster thing? I threw it out. It’s probably in the dumpster by now.
(Max starts to leave.) Wait! You’re the messenger, aren’t you?
MAX: Yeah.
BIONDELLO: Well, I’ve never been a believer, but you coming here personally to straighten me out…Thank you.
MAX: I’ll see about getting you those plans back.
(Max leaves the building and finds the dumpster. She glances into it, realizes she’ll have to climb inside, and unzips her dress.)
(At the reception.)
BENNETT: Logan, um…Should I be worried about this toast you’re giving?
LOGAN (chuckling): Details of your bachelor party are safe with me.
(As Bennett walks away, Logan checks his coat pockets for his speech and realizes it’s not there.)
(With the dress hanging nearby, Max is in the dumpster. She finds the painting, glances at it, and pulls some paper shreds out of her hair.)
MAX (arriving at the car): Hey! Zip me up.
(Original Cindy zips the dress and hands her the purse. Max hands her the painting, finds the folded piece of paper in her purse, and runs to the car.)
MAX: Logan’s--his speech!
(At the reception)
JONAS (dinging on his champagne glass): Attention! Logan’s going to give the first toast.
LOGAN (smiling and chuckling nervously): Ahem.
(At Duvalier’s door)
ORIGINAL CINDY: Got a 911 delivery from Jam Pony?
DUVALIER’S GUY: Upstairs.
NORMAL: I can’t believe they actually came through for me.
DUVALIER: What you thought, they just was gonna let you die?
NORMAL: Yes, actually. They don’t like me too much.
DUVALIER: I could understand that.
(Duvalier’s guy enters the room with Original Cindy.)
NORMAL: It’s about time! Bip--never mind. (Stands up.) Okay. Can I go?
(Duvalier shoves him back into the chair, pulls out the painting, and examines it with some kind of hand-held scanner. He smiles, and the man on the couch looks relieved.)
DUVALIER: You actually thought you could lay a phony off on me, huh?
MAN: Whoa--Hey, if that’s a forgery, then I’m a victim here too, okay? Unh! (Duvalier hits him.) I had the original, okay? I swear! Either my partner stabbed me in the back, or these guys are players. (Points to Normal and Original Cindy.)
ORIGINAL CINDY: Hey, I’m just the messenger, blood. We found your package. Now let my boy go. ‘Cause believe me, he ain’t no playa playa.
DUVALIER (to man on couch): Know what the word “defenestration” means?
MAN: Isn’t that when you cut all the trees down?
DUVALIER: Nah. (Nods to his guys, who drag the man over to an open window.)
MAN: Oh, no. No. No! (They throw him out.) AAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaa!
DUVALIER: Now that’s defenestration. (To Original Cindy) I don’t care what you gotta do to get me that painting. If it’s not in my hands in the next two hours, then he’s next. (Points to Normal.)
(At the reception)
LOGAN: Uh. Marriage is an act of desperation. Uh--daring. Heh, heh. It’s an act of daring. And, uh…and it--it--it requires, really, that--that we be foolish enough to promise ourselves to another--brave enough. Heh, heh. It’s brave. Brave.
(Max enters the room and stands across from him, holding his speech.)
LOGAN: When Bennett first told me that, uh…that he’d fallen in love with…oh…a beautiful, wonderful woman. Uh…
MAX (mouthing): Marianne.
LOGAN: Marianne…
MAX (mouthing): I told him that…
LOGAN: I told him that…
MAX (mouthing): He was lucky…
LOGAN: He was lucky…to have found someone to share his life with.
MAX (mouthing): They crossed paths by fate…
LOGAN: They crossed paths by fate…
MAX (mouthing) AND LOGAN: …but became partners by choice.
LOGAN (remembering now): And together, they are embarking on the greatest adventure two people can share.
(Everybody applauds, and Max and Logan smile at each other.)
(Later, at the reception, Logan is sitting at a table.)
BENNETT: I was kind of worried there, but that was really good.
LOGAN: Thanks.
(Bennett walks away. Max comes and sits at the table.)
MAX: Nice speech.
LOGAN: Thanks for coming to the rescue.
MAX: Better late than never.
LOGAN: Where were you, anyway?
MAX: Long story.
LOGAN: So about the dress…
MAX (at same time): So about Daphne…
LOGAN: You stole it, didn’t you?
MAX: I borrowed it. Was she an old girlfriend?
LOGAN: Yes, actually. Borrowed it from whom?
MAX: Store downtown. Were you guys serious?
LOGAN: We were engaged for all of five minutes. You gonna return it?
MAX: None of your business. Why’d you guys break up?
LOGAN: None of your business.
JONAS (from across the room, at the same time as Max’s pager goes off): Junior!
(They bump into each other. They look at each other for a minute, slightly annoyed, and then split up to do what they need to do.)
MAX (on phone): No, I’m not familiar with the term “defenestration”…Ouch…Forgery, huh?…And where’d Sketchy make the pickup?
(Aunt Margo and a friend stop on the stairs to look out over the reception. They are near Max and she hears their conversation.)
FRIEND: I always wondered why Daphne and Logan broke off their engagement.
MAX: That guy double-crossed the guy who was defenestrated.
MARGO: Logan certainly needs a woman to take care of him. Poor thing…Handsome as ever, though, huh?
FRIEND: And Daphne looks like she’s finally ready to settle down.
MAX (agitated): Seven p.m. Meet you there.
MARGO: Yes, it’ll be very interesting to see who catches the bouquet.
(In a run-down apartment hallway.)
MAX (knocking on a door): So what’s the dealio with this “catching the bouquet” thing?
ORIGINAL CINDY: Whoever gets it’s supposed to get married next to the man of her dreams. Some kind of bent heterosexual thing.
(Max knocks again. No answer, but a door opens across the hall and a woman steps out.)
MAX: D’you know where the guy is that lives here?
WOMAN: He moved out this afternoon.
ORIGINAL CINDY: You know where he went?
WOMAN: No. Musta hit it big at the track or somethin’ though. Took off for the airport in a limo with three girls who weren’t wearin’ much at all.
(In a motel room, the guy who gave Sketchy the painting is in a hot tup with three women.)
GUY (laughing): You gotta do me first. Know what I’m saying?
WOMAN (laughing): Yeah.
(Max and Original Cindy walk in the door.)
MAX: I’m gonna need your undivided attention because I got somewhere else I gotta be. What did you do with it?
GUY: Do I know you girls?
(Max holds his head underwater for a minute.)
WOMAN (laughing): I didn’t know he was into scenarios. How much is he paying you for this?
MAX (releasing his head): Where’s the real painting?
GUY: I don’t know what the hell you’re talking about.
MAX: Let me fill in the blanks. You went up for auction and double-crossed your partner, now deceased. You’re skipping town with the cash, only your flight was delayed on account of the weather. So here you are in a mo-mo with your little playmates, waiting for the fog to lift.
GUY: Look, whoever you are, you’ve got it all wrong.
ORIGINAL CINDY: Here, let me do this, Boo, so you don’t mess up your dress. (Holds his head underwater for a minute, then releases it.)
GUY: Hey! Okay!
MAX: Where’s the real painting?
GUY: I sold it to this Korean ship captain. The big guy over there, Kim somebody, is a real connoisseur. Wanted it for the presidential palace.
MAX: Let’s go.
(At the reception. Some people are dancing to “Brick House.”)
ORIGINAL CINDY: Nothing like a room full of flat-ass white girls to get your mind off a defenestration.
MAX (passing Aunt Margo): Nice locket.
MARGO: Oh, thank you.
(Max goes up to Logan and Daphne.)
MAX: Logan, we gotta talk. It’s important. Excuse us.
(At a computer in a nearby room.)
LOGAN: You sure this guy Runyan sold it to the Koreans?
MAX: That’s what he said.
LOGAN: People are just carving up the culture and shipping it overseas to the highest bidder.
MAX: What thieves do. It’s commerce. Don’t take it personally.
LOGAN (giving her a look): Well, I remember when that Rockwell was stolen, along with a Jackson Pollack and an original Nancy Kintisch. The Pollack wound up in Johannesburg, the Kintisch in Riyadh.
MAX: Normal’s gonna wind up dead if you don’t hurry up.
LOGAN: I got a military transport, Republic of Korea, docked in Eliot Bay, setting sail in about an hour.
MAX: Is it okay if Original Cindy hangs out with you and your peeps?
LOGAN: I guess. Why?
MAX: If I have to take out a whole bunch of Korean military personnel, she might catch on that I’m a genetically enhanced killing machine.
LOGAN: We can’t let this guy take off with that painting. Give me a call when you-- (Looks up to see she’s not there.)
(In the main room)
ORIGINAL CINDY: Find out where it’s at?
MAX (nodding): And I got it covered. I need to ask you a favor. You see that girl over there? (Points to Daphne, dancing with some guy.)
ORIGINAL CINDY: Mm-hmm.
MAX: That’s Logan’s ex.
ORIGINAL CINDY: I got your back.
MAX: Thanks, Boo.
(Max leaves. The guy dances away, and Original Cindy steps in.)
ORIGINAL CINDY: You got smooth moves, Boo.
(Max drives over to the bay. She finds the ship and sneaks aboard. She walks down several hallways, avoiding sailors, and ducks into a room. She spots a safe in the floor. Kneeling and putting her ear to it, she turns the dial, listening for the lock to give way. When it does, she opens it and pulls out the painting. She unrolls it and looks at it for a minute. A sailor enters the room.)
MAX (in fake Asian accent): Me love you long time?
(The sailor smiles. Max levels him and runs out of the room with the painting. In the hallway, she meets a few sailors and kicks their butts, at one point tripping on her dress. The first sailor pulls an alarm and sailors come at her from all directions. Max fights her way out and reaches the top deck, where she finds a wire connecting the ship to the dock. She grabs a hook and uses it to slide across the wire.)
(At Duvalier’s apartment, Max is coming up the stairs.)
MAX: Where’s my boss?
(She enters the room and hands Duvalier the painting.)
MAX: I hope he hasn’t been too much trouble.
(Duvalier takes the painting and checks it with the scanner.)
DUVALIER: My Rockwell. They can go.
(Normal starts to leave. Max grabs him.)
MAX: Wait. I want the other package. The one that was delivered by mistake.
NORMAL: Uh, Max…
MAX: We’re professionals, right?
(Duvalier hands her the blueprints.)
MAX: Thank you for using Jam Pony.
(The silver convertible pulls to a stop in a street.)
NORMAL: Listen, I know you kids aren’t particularly fond of me, which is why it was especially touching that you’d go out on a limb for me like you did tonight and I just want to say, from the bottom of my heart, I thank you.
MAX: Normal…
NORMAL: Yes, Max?
MAX: Get out of the car. And drop this off on your way home. (Hands him the blueprints.)
NORMAL: Okay.
(He gets out of the car and Max drives away.)
(At the reception. Everyone is gathered under the stairs, awaiting the bouquet. Max joins the crowd and stands next to Logan.)
MAX: Mission accomplished.
LOGAN: Where’s the painting?
MAX: I gave it to Duvalier.
LOGAN: You did what?
MAX: What was I supposed to do? He was gonna kill Normal.
LOGAN: Oh, that’s fine. But we can’t just let this guy swing with an original Norman Rockwell. It’s a piece of American culture.
MAX: Why does everything always have to turn into a cause with you?
LOGAN: Look. I stood there and watched them ship the Baseball Hall of Fame from Cooperstown to Kyoto. The Sultan of Brunei crated up the Statue of Liberty and took it home with him.
MARIANNE: Okay, girls! Are you ready?
LOGAN: One day this depression is gonna be over, and when it is--
(Marianne throws the bouquet. It’s headed straight for Daphne. Max leaps to knock it away from her, and Original Cindy catches it instead.)
MAX (back at Logan’s side): You were saying?
LOGAN (giving her a surprised look): I was saying one day this depression will be over and when it is, it would be nice if there was something left.
MAX: Normal heard Duvalier talking about flipping it over to some dude in Singapore for a pile. Supposed to leave tonight, except the airport’s closed.
LOGAN: Just reopened. The bride and groom called to check their flight. I need you to get out to the international terminal.
MAX: I haven’t even had my cake yet! (Logan gives her a look and turns to leave.) Where are you going?
LOGAN: I’ll meet you there in half an hour. I gotta run an errand. (Leaves.)
ORIGINAL CINDY (giving Daphne the bouquet): Waste of good mojo, you ask me. Original Cindy ain’t lookin’ for no husband.
DAPHNE: What do you say we go shoot some pool?
ORIGINAL CINDY: All right with me, girl.
(Max goes up to Aunt Margo and touches her on the shoulder.)
MAX: I just wanted to say goodbye. I had an absolutely divine time.
MARGO: Oh. Goodbye, dear. (Max walks away and we see Margo’s neck is now bare.) She’s a Guevara. Of the Greenwich Guevaras.
(In the morgue. The medical examiner pulls out a drawer with the defenestrated man’s body.)
EXAMINER: Please tell him when you see him--always happy to help Eyes Only…Arrived an hour ago. Apparent suicide.
LOGAN: Yeah, actually…he was murdered. (Pulls out a gun, attaches a silencer, and shoots the body in the head.)
EXAMINER (as Logan is wiping his prints off the gun): I’m guessing the autopsy report is going to conclude the cause of death was a single gunshot wound to the head.
(At the airport. Duvalier and his guys are waiting in line for the metal detector. Logan goes by and bumps into Duvalier, slipping the gun in his bag.)
LOGAN: Oh! God. I’m sorry.
DUVALIER: Man, watch where you’re going there, hear? Or I’ll break both your arms.
(Duvalier goes through the metal detector and it goes off.)
SECURITY GUARD: Would you gentlemen step over here, please?
DUVALIER: What, man? I got a plane to catch to Singapore in twenty minutes.
SECURITY GUARD: Please, step aside.
(Max, who had been in line behind them, swipes the painting from the bag and walks away.)
DUVALIER: What’s the problem, officer? What you looking for? (Guard pulls the gun out of the bag.) Man, that ain’t mine.
MAX (to Logan): Not bad. You framed him for a murder he actually did commit.
(Logan turns and follows her out.)
(Logan’s apartment. He’s looking at the painting, spread out on a low coffee table.)
MAX: While your uncle was getting sloshed, you brought a killer to justice and saved an American art treasure. Maybe it’s time you brought him up to speed that you’re not the family failure.
LOGAN: I could be the Messiah and walk on water, and he’d still say--(Imitating Jonas)--“Why can’t you fly?”
(Max laughs.)
LOGAN: For whatever reason, he needs to see me as a loser.
MAX (sitting down): Shame.
LOGAN: Well…I’m lucky to have him. He’s a good reminder of what I don’t want to become.
MAX: So about the dress…
LOGAN (at same time): So about Daphne…
MAX: You first.
LOGAN: She dumped me, out of the blue…and I guess I didn’t want you to know. The thing is, she never gave me a reason. Maybe that’s why I spent the whole night talking to her. To find out why.
MAX: Did you find out?
LOGAN: Not really. Though I gotta say the way she was hanging with Original Cindy…That might be a clue.
MAX: It’s a large life.
LOGAN (smiling): Yes. It is.
MAX: So about the dress…I knew you were all bent out of shape about going to this thing, and I didn’t want you to have to worry about having a date that didn’t fit in.
LOGAN: I wouldn’t want you to fit in with that crowd.
MAX: Anyway…Still, I’m returning it.
LOGAN: Don’t do that. I want you to keep it.
MAX: Logan Cale, protector of all that is good and true, advocating larceny?
LOGAN: No. I’ll call the store and have them charge it to me.
MAX: Forget it. It’s a waste of money.
LOGAN: No, it’s not. You look beautiful in it. In fact, you were the most beautiful woman there.
(Max smiles.)
LOGAN: And you’re absolutely right about Aunt Margo. I’m gonna get in her face about that locket. After all, it was my mom’s.
(Max hands him the locket.)
LOGAN: How did you--
MAX: Genetically engineered pickpocket.
LOGAN: Thank you.
MAX: Cinderella better get home. (Gets up and heads for the door.)
LOGAN: Don’t make any plans for Easter. You don’t want to miss Uncle Jonas in his giant bunny outfit.
(Max smiles and walks out. Logan admires the locket for a moment, then turns to move away from the coffee table. In the process he accidentally whacks his leg on the table leg.)
LOGAN (wincing): Ow.
(He stops, realizing he has just felt pain. Looking down, he deliberately whacks it again.)
LOGAN (wincing): Ooww!
(He sits there for a minute, letting it sink in. Fade out as he smiles widely, rubbing his leg.)

Kikavu ?

Au total, 75 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

MikeBallin 
23.05.2020 vers 22h

magrenat 
25.04.2019 vers 18h

wolfgirl88 
26.01.2019 vers 19h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

coldflash 
01.01.2019 vers 23h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

L'HypnoCard His Dark Materials de la catégorie Evil a été élue HypnoCard du mois de février 2021 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

HypnoCup 2021: On vote!
Votez! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Bilan du mois de Février

Bilan du mois de Février
> Le bilan du mois de Février vient d'être rédigé! N'hésitez pas à lire le bilan pour être au...

Calendrier de Mars

Calendrier de Mars
Le calendrier du mois de Février est dès à présent disponible! Afficher le calendrier en taille...

Le quartier fête ses 16 ans !

Le quartier fête ses 16 ans !
Aujourd'hui, le quartier Dark Angel souffle ses 16 bougies ! Actif depuis le 19 Février 2005, nous...

Calendrier de Février

Calendrier de Février
Le calendrier du mois de Février est dès à présent disponible! Afficher le calendrier en taille...

HypnoCup 2021! [Résultats]

HypnoCup 2021! [Résultats]
Pour cette nouvelle édition de l'HypnoCup, les couples sont le thème de cette année. Parmi les 512...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Luna25, Aujourd'hui à 13:04

Le calendrier du mois est arrivé sur le quartier Legends of tomorrow ! Ainsi que nouveaux duel, pdm et sondage

SeySey, Aujourd'hui à 14:40

Bonjour ! Nouvelles lectures sur le quartier Sex Education ;D

quimper, Aujourd'hui à 17:48

De nouveaux calendriers sur les quartiers Elementary, The Closer, NCIS Los Angeles et Sherlock.

quimper, Aujourd'hui à 17:49

Et un nouveau sondage sur Sherlock : quelle actrice de Doctor Who dans la saison 5. N'hésitez pas à venir

emeline53, Aujourd'hui à 20:41

Nouveau sondage sur le quartier The Fosters portant sur le spin-off Good Trouble ! N'hésitez pas à commenter, je serai ravie de vous répondre

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site