VOTE | 171 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#107 : Le Mal par le Mal

Zack est de retour à Seattle et informe Max que l’une de leur sœur Brin a été recapturée par Lydecker. Voulant à tout prix la délivrer Max décide de prendre Lydecker en filature qui se transforme finalement en kidnapping. Après avoir interrogé Lydecker, les deux X5 se découvre que leur sœur est retenue par quelqu'un d'autre... 

Popularité


4.67 - 9 votes

Titre VO
Cold Comfort

Titre VF
Le Mal par le Mal

Première diffusion
28.11.2000

Première diffusion en France
20.10.2001

Vidéos

Promo (VO)

Promo (VO)

  

Photos promo

Max (Jessica Alba) vient en aide à Zack (William Gregory Lee)

Max (Jessica Alba) vient en aide à Zack (William Gregory Lee)

Zack ne semble pas apprécier son aide

Zack ne semble pas apprécier son aide

Logan (Michael Weatherly) utilise ses ressources pour aider les X5

Logan (Michael Weatherly) utilise ses ressources pour aider les X5

Max apprécie l'aide de Logan

Max apprécie l'aide de Logan

Lydecker (John Savage) aux mains des X5

Lydecker (John Savage) aux mains des X5

Lydecker retourne sa veste

Lydecker retourne sa veste

Max et Zack se font doubler par Lydecker

Max et Zack se font doubler par Lydecker

Plus de détails

Réalisation: Jefrey Levy
Scénario: Jose Molina

Guest:
Nicole Bilderback (Brin)
Rick Dobran (Julio)
Gustavo Febres (Fico)
John Dennis Johnston (Major Jake Sanders)
Harsh Nayyar (M. Sivapathasundaram)

 

> Captures

Au début de l’épisode, on voit deux hommes discuter et faisant l’ouverture de leur magasin. L’un d’entre eux se dirige vers une salle réfrigérée pour prendre de la marchandise. Mais surprise en entrant, il découvre le corps d’une jeune fille. Elle a l’air morte de froid, quand tout à coup elle ouvre les yeux, se lève et s’enfuit à toute vitesse. Dans la rue, on la voit courir, elle à l’air d’aller bien mais semble perdue… Lorsqu’elle se retourne, on peut apercevoir un code-barres sur sa nuque, il s’agirait d’une X5…

A Jam Pony, Herbal demande à Normal un jour de congé pour se rendre à un concert en hommage de Bob Marley. Normal refuse en répliquant, que lui-même ne prend pas de vacances à l’anniversaire de son héros personnel, Georges Bush. Il annonce ensuite aux coursiers, qu’il y a des chances que Jam Pony se fasse racheter par un certain M. Sivapathasundaram, ce qui n’enchante pas Max et sa bande.

Une fois rentré chez elle, Max reçoit la visite de Zack, mais ce dernier est blessé et presque inconscient. Avant de s’évanouir, il lui explique qu’il avait rendez-vous avec Brin pour l’aider à échapper à Lydecker mais des hommes l’ont kidnappé. Max décide de l’emmener chez Logan pour le soigner.

Au Crash, Sketchy, Herbal et Original Cindy cherchent une solution pour se débarrasser du nouveau futur propriétaire. Alors qu’au même moment, Max et Zack se renseigne sur les habitudes de Lydecker pour pouvoir le filler et peut-être savoir où se trouve Brin. Grâce à Logan, il découvre que Lydecker fait partie d’une association d’AA (Alcooliques Anonymes). Les deux X5 décident de s’y rendre… Max et Zack ont suivi Lydecker à une réunion. Ils avaient juste prévu de le suivre et observer mais Max décide finalement de l’enlever pour pouvoir l’interroger directement.

A Jam Pony, les coursiers appliquent leur plan à l’encontre du propriétaire qui arrive bientôt. Ils font semblant de faire bonne figure ; Sketchy passe le balais, Original Cindy garantie d’être présentable et Herbal offre une tasse de café à Normal… Ce dernier semble ravi, mais il ne sait pas que le café est accompagné de laxatifs. Le lendemain, les effets du produit empêchent comme prévu Normal de se rendre au travail, c’est donc les coursiers qui accueil l’acheteur. Suite à un faux accident, les coursiers lui font croire qu’il est en danger de mort en étant contaminé par un produit chimique et celui-ci reste coincé dans le bâtiment avec Sketchy…

Dans un entrepôt, Max et Zack ont bâillonné et attaché Lydecker à une chaise, ils l’interrogent sur l’enlèvement de Brin. Lydecker prétend ne rien savoir, mais en prononçant le prénom de Brin, les X5 se trahissent et Lydecker devine qu’il s’agit de deux de ‘ses enfants’. Persistant à dire qu’il ne sait rien, Max décide que l’un d’eux devrait faire le point avec Logan pour savoir s’il a de nouvelles informations… C’est Zack qui s’en charge, tandis que Max reste avec Lydecker pour le surveiller.

A l’appartement de Logan, ils découvrent grâce à des contacts du Veilleur qui est derrière l’enlèvement. Zack retourne à l’entrepôt annoncer la nouvelle à Max. Avant de partir, Zack reproche à Logan d’être la raison pour laquelle, Max risque sa vie en restant à Seattle.

Dans l’entrepôt abandonné, Lydecker discute avec Max et fini par reconnaitre sa voix. Ils parlent de Max et ses souvenirs datant de Manticore. Zack fini par arriver, il annonce à Max où Brin est retenue. Lydecker prétend connaitre les lieux et la personne qui l’a retienne. C’est pourquoi Max choisi de l’emmener avec eux mais Zack n’apprécie pas car cela implique de dévoiler leur visage, mais qu’importe pour Max.

De retour à Jam Pony, Sketchy et le propriétaire arrive finalement à s’échapper du bâtiment. Sketchy fait croire qu’il a été contaminé, ce qui fait fuir M. Sivapathasundaram. Quand Normal arrive, les coursiers lui font croire qu’il n’est jamais venu. Normal fini par croire qu’il ne s’agissait que d’une blague…

Arrivé au QG du kidnappeur, Lydecker change de camp et les double, Max et Zack se retrouvent prisonnier à leur tour. En cellule, les X5 retrouvent Brin mais découvrent qu’elle est malade, atteinte d’une forme de progéria. Lorsque Lydecker s’en va, Max utilise ses menottes plastiques pour se pendre. C’est en fait, une ruse pour que les soldats ouvrent sa cellule. Dès, qu’ils l’ont détaché, elle s’est vite débarrassée d’eux. De suite, Max libère Zack et Brin et ils arrivent à s’enfuir sans trop de difficultés. Seulement, Brin est gravement atteinte et sa seule chance de s’en sortir et de la laisser repartir à Manticore. Pour sa survie, les deux X5 décident non sans mal, de laisser aux mains de Lydecker, et ils s’enfuient de nouveau.

Max retourne à l’appartement de Logan et lui raconte ce qui s’est passé. Zack a de nouveau disparu dans la nature. Et l’épisode fini avec Brin, que l’on aperçoit à Manticore, vivante et soignée mais réendoctrinée.

DEVANT UN MAGASIN
(Il y a deux hommes, un essaye d’ouvrir la porte du magasin, l’autre tient une grosse boîte.)
Homme 1 : Hé ! Grouille-toi, c’est lourd !...
Homme 2 : Oui, ça vient, faudrait le changer c’est dur à ouvrir!
Homme 1 : T’as de l’argent?
Homme 2 : Si Griffy avez gagné, j’en aurais!
Homme 1 : Non non, t’aurais perdu ton pari c’est sûr!
Homme 2 : Non, j’aurais pu perdre. Je te le dis, si y’avait pas d’impulsion, tu sais.

(Les deux hommes se mettent à parler en même temps.)
Homme 1 : Tu te goures sur toute la ligne, Julio, aller va plutôt chercher la viande, il faut que je la découpe!
Homme 2 : J’y vais, j’y vais…
Homme 1 : Si on commence de bonne heure c’est pas pour trainer!
Homme 2 (soupire, prend un tablier et se dirige vers le frigo) : Aïe aïe aïe aïe aïe... Hé! T’as encore oublié de boucler la porte de la chambre froide, hein!?!
Homme 1 : Et alors?
Homme 2 (entre dans le frigo et découvre le corps d’une jeune fille) :  Fico! Fico!
Homme 1 : Elle est morte Julio!?!

(La fille ouvre les yeux, et se mets à courir.)
Homme 1 et 2 : AHHH!! AHH!!

(Pendant sa fuite, la fille utilise une vue surhumaine pour repérer une rue, et on peut voir un code barre sur sa nuque.)

A JAMPONY
Herbal : Bonjour Normal. Mon cœur et moi, on aimerait prendre le vendredi qui vient.
Normal : Toi et qui, vous voulez faire quoi?
Herbal : C'est le 75ème anniversaire de la naissance de Bob Marley. Et j'aimerais tellement aller au concert qui va être donné en sa mémoire vendredi à Portland!
Normal : Oui, et moi je voudrais être libre tous les 12 juin, mais je m'abstiens.
Herbal : C'est quoi le 12 juin?
Normal : La date de naissance de mon super héros personnel, un grand homme, le plus grand visionnaire de la nation, Georges Herbert Walker Bush. Bush est né en 1924 à Milton, une ville charmante du Massachusetts, ...
Herbal : Ah ouais...
Normal : ...disparue avec l'Impulsion. Sketchy! Amenez vos fesses ici.
Sketchy : C'est la pause!
Normal : Taisez vous! Mettez ça!
Sketchy : C'est quoi?
Normal : Vos futures conditions de travail. C'est le prototype du blouson de protection de Jampony! Destiné aux coursiers! Il sera bientôt exigé de chacun de vous de le porter en permanence.
OC : Jampony! C'est rouler avec fierté!
Normal : Et le design, c'est ma création.
Max : Ah oui, ça se voit!
Normal : Ha, ha!... Il intimera respect et vigilance aux autres conducteurs, et l'uniformité vestimentaire donnera du cachet à la bande de débraillés que vous êtes.
Sketchy : Même si les gens meurent de faim à tous les coins de rue ils nous bombarderons de bouffe si on porte ce blouson brocarde!
Normal : Vous le mettrez, et vous l'adorerez! Vous allez dire adieux aux graffitis qui dévorent les murs, et hello à la jolie peinture crème universelle satinée! Vous aurez un localisateur digital pour que je suive à la trace mon troupeau de sauvageons.
Max : Et on peut savoir qui va payer votre délire de création vestimentaire, Normal?
Normal : Le futur propriétaire de la société Mr Gurmook Sivapathasundaram, qui arrive par avion de Bangalore en Inde demain matin.
OC : Il va acheter la baraque?
Normal : Oui, c'est un investisseur, et je suis mandaté pour instaurer un grand nombre de réformes pour que Jampony devienne Jampony.
Max : Ben vous pourriez peut être déjà faire réparer les toilettes des filles, non?
Normal : Chaque chose en son temps! J'ai d'autres priorités! Je veux que l'on nettoie tous les tags, et tous les graffitis qui défigurent les portes de mes vestiaires. Je ne veux pas que Monsieur Sivapathasundaram est l'impression d'avoir affaire à de la racaille!

A UNE CABINE TELEPHONIQUE
(On retrouve la fille qui s’était évadée de la chambre froide au téléphone.)
Fille : Hé, c'est moi, Brin! Je ne devais pas t'appeler, oui, je sais, mais c'était la seule solution. A Los Angeles, j'ai échappé de justesse aux hommes de Lydecker. Sans ton aide, je suis foutue! Oui, je t'expliquerais tout quand on se verra! Où ça? A bientôt.

PRES DE L'EAU
(On aperçoit Lydecker et McGinnis.)
McGinnis : Belle vue, non?
Lydecker : Oui, et quelle belle journée! Mais vous, vous avez une sale tête.
McGinnis : Vous pourriez nous retirer une belle épine du pied.
Lydecker : Quand je le peux, je suis toujours ravi de vous aider.
McGinnis : Vous connaissez la situation au Vatican?
Lydecker : Je sais ce qu'en dit la presse, sans plus.
McGinnis : Nos amis du parlement italien se font attaquer un à un par le nouveau pape. Il est populaire... Il pourrait nous faire tomber la coalition méditerranéenne s'il continue.
Lydecker : C'est comme si c'était fait.
McGinnis : Des garanties sur lesquelles je peux compter?
Lydecker : Vous connaissez mes gamins! Est-ce qu'ils vous ont déjà déçu?
McGinnis (inspire, puis expire un grand coup.) : Non et j'apprécie tout ce que vous avez fait jusqu'ici.
Lydecker : Vous pourriez peut être faire quelque chose pour moi. Si le comité m'octroyait des subventions supplémentaires je pourrais passer à la phase trois de Manticore.
McGinnis : Je vous suis là-dessus, vous le savez, Lydecker. Mais avec ces grands pontes, l'opération qui compte est toujours la même, X5. Il faut pouvoir leur dire que vous avez progressé.
Lydecker : Pourquoi j'suis à Seattle, à votre avis, le soleil? Je suis sur les traces de l'un d'entre eux ici même.

DANS L’APPARTEMENT DE MAX
(Max rentre sa moto.)
Max : Kendra? (lisant un post-it) : Monsieur Multiplex est rentré de tournée. Oh non…

(Elle aperçoit sa vitre cassée, et donne un coup de pied en arrière, avant de reconnaitre Zack, blessé.)
Max : Zack?!?
Zack : Lydecker... J'ai essayé de l'en empêcher.

(On voit Zack en train de rejoindre Brin, des hommes de Lydecker l'enlever, tout en renversant Zack avec leur voiture en s'enfuyant.)
Zack : Mais il a eu Brin.

(Zack s’effondre.)

CHEZ LOGAN
(Zack est allongé sur une table.)
Bling : J'vais regarder ça.

(Zack retient sa main.)
Bling (insistant) : Je dois changer votre bandage!
Zack : Vous devez aller voir ailleurs!
Max : T'inquiète pas, c'est un ami, Zack.
Zack (apercevant Logan) : Lui aussi c'est un ami?
Logan : C'est exact.
Zack : Pourquoi tu m'as amenée ici, j'voulais qu'tu m'apportes ton aide, Max!
Max : Et c'est exactement ce que je fais.

(Zack soupire.)
Max : Raconte-nous pour Brin, tu as juste dit que Lydecker l'avait eue. Il sait qui nous sommes, tu peux y aller!
Logan : Je veux vous aider, Zack.
Max : Tu n'as rien à craindre. Dis nous ce qu'il s'est passé.
Zack : C'est une écervelée! Ils l'ont coincée, y a rien d'autre à dire.
Max : En clair ça veut dire quoi?
Zack : Elle est condamnée!
Max : Et on va laisser Lydecker faire ce qu'il lui chante?
Zack : Tu veux lui donner une chance de nous prendre aussi dans ses filets?
Max : On va rester les bras croisés?!!
Zack : Quoi, tu veux qu'on se mette à découvert pour une opération de sauvetage suicidaire peut-être? C'est une fatalité que tu dois accepter! Pour notre survie. Est-ce-que c'est clair?!!
Max : Tu n'es pas mon commandant, Zack! Tu as le droit de te faire des cheveux blancs pour le monde entier, mais moi je ferais tout pour qu'elle retrouve sa liberté!
Zack : Ah oui et de quelle façon? Elle est sûrement partie pour Manticore, maintenant!
Logan : Ce n'est pas sûr.
Zack : Restez en dehors de ça!
Logan : Au cas où ça vous aurez échappé, elle a la tête dure et fera ce qu'elle a décidé peu importe ce qu'on pourra lui dire, alors c'est à vous de faire un choix! Vous l'aidez ou vous refusez.
Max : J'ai décidé.
Logan : Il ne risque pas d'expédier une machine à tuer conçue in vitro par la route dans un bus pour Manticore. Et je n'ai pas repéré de convoi militaire quittant la ville ou d'avion en dehors des vols réguliers. Je pense qu'ils ont dû la placer sous bonne garde ici même, à Seattle. Peut-être qu'elle est au QG de Lydecker?
Zack : Ah ouais. Et vous avez son adresse?
Logan : Donnez moi une minute!

AU CRASH
Sketchy : Vous retournez pas à la boite?
OC : Il est coincé.
Herbal : Pendant une demi heure.
Sketchy : Pourquoi?
Herbal : Normal a dit que si je faisais deux courses avant le déjeuner, je serais nommé employé modèle de la semaine.
Sketchy : Oh, l'infusette!
Herbal : Ouais, trop grave!
Sketchy : Avec Normal, là ça frise le cauchemar.
OC : Limite gore!
Sketchy : Si on le laisse agir, cet électron libre rendra bientôt obligatoire les analyses d'urines!
Herbal : Et il ferait une recherche sur quoi, hein?
OC : Connaissant l'oiseau, probablement notre saveur.
Sketchy : Si notre maharadja nous achète, et que Normal a plus de pouvoir, de contrôle et le fric pour bénir ses plans, y a plus qu'à se trouver un autre boulot!
Herbal : Ouais, le hic, c'est qu'y a rien!
OC : La vie était groovy avant que Syvapata et colle et gramme ne décide de manger Jampony pour engraisser son empire!
Sketchy : Il sera peut-être refroidit en arrivant sur place!
OC : On peut p'tet lui donner un coup de main.
Sketchy : C'est quoi le plan?
OC : J'en sais rien. Original Cindy va s'exciter les neurones.

CHEZ LOGAN
Logan : Notre ami Lydecker est un sacré barbouze. Quelque soit l'opération qu'il dirige sa couverture est bien assurée.
Zack : Vous cherchez à la rubrique hélicoptère d'intervention dans les pages jaunes?
Logan : Oh, un deuxième génie de Manticore!
Max : OK, ses troupes sont à couverts, mais peut-être que sa crèche et sa cantine ne le sont pas? Peut-être qu'il fait du bowling ou un autre sport.
Logan : Son dossier militaire. Donald Mickael Lydecker, né en 1968, s'est enrôlé dans l'armée après l'université, épouse son amour de jeunesse.
Max : Comme c'est touchant!
Logan : Sort premier de sa promotion de l'école des aspirants officiers, est affecté au 3ème bataillon de rangers. Se distingue au Panama, au Koweït, et en Somalie, passe capitaine, et entre dans les forces d'intervention. Légion du mérite, Purple Heart,...
Max : Ouais ouais, on connait la bête!
Logan : Il était en pleine ascension jusqu'en 95, l'année où sa femme s'est faite tuer. L'assassin court encore.
Zack : Ca pourrait bien être lui le meurtrier.
Logan : Son comportement est devenu singulier. Une douzaine de sanctions disciplinaires. Insubordination, entorse à la discipline, conduite en état d'ivresse, manquement à l'honneur, et renvoyé à la vie civile. Et le dernier point mais pas le moindre, il suit le PTA en 96.
Max : C'est quoi, PTA?
Logan : C'est le nom du programme de traitement de l'alcoolisme de l'armée.
Max : Ce programme a dû lui sauver la mise pour qu'on l'ait placé à la tête de Manticore. Je le vois bien dans le rôle du repenti.
Logan : Il dirait "je m'appelle Donald, j'étais un alcoolique."?
Max : C'est un bon début! Tu veux venir?
Zack : Notre objectif, c'est quoi? Le nombre de café qu'on avalera?
Max : C'est lui la cible qui conduit à notre objectif. Où est-ce-que tu dormais pendant les cours de reconnaissance 1-0-1?
Logan : J'ai abondé dans ton sens contre Superman, cela dit tu réalises que tu vas à la rencontre d'un homme qui a passé 10 années de sa vie à te rechercher?
Max : J'ai aussi passé 10 années de ma vie à rechercher ce type, et Brin, et tous les autres. C'est ma seule raison de vivre.
Logan : J'espère que ça ne sera pas ce qui te tuera.

A JAMPONY
Une coursière (en bruit de fond) : J'ai pas envie d'être en retard, faut que j'y aille.
Sketchy : Vous voulez pas que je vous mette un petit coup sur le sol?
Normal : Non, je trouve qu'il est assez propre.
Sketchy : Non, parce que... On voudrait que les locaux soient magnifiques pour la visite de Monsieur Sivapathasundaram vous comprenez?
Normal : Oui!
OC : On doit avoir une tenue particulière pour demain?
Normal : Non, ayez juste l'air professionnel.
OC : J'oublie les couettes afro, peut-être. Je voudrais éviter de faire trop... Ethnocentrique.
Normal : A vous de faire preuve de jugement.
OC : L'Inde est un pays qui est resté conservateur concernant la place de la femme dans la communauté, la sexualité, etc. Mais quand Monsieur Sivapatha...
Normal : ...Sundaram.
OC : Sundaram se tournera vers moi, il ne verra qu'une employée modèle. Et sûrement pas une nymphomane qui cherche un obéissant petit bout de femme pour jouer avec elle, vous avez la parole d'Original Cindy.
Normal : J'apprécie ce geste, c'est extrêmement réconfortant.
OC (chantant) : Sivapatha-Sundaram...
Herbal : Votre employé de la semaine est heureux de vous offrir un bon petit café importé des montagnes bleues de Jamaïque pour vous remercier de cet honneur.
Normal : Je vous remercie de cette délicate intention.
Herbal : Oh, d'après vous, est-ce-que je ne devrais pas rester dans l'ombre pour le cas où euh... Ce monsieur Sivapapa au rhum aurait un apriori concernant qui je suis ou sur ma religion?
Normal : Je suis sûr que Monsieur Sivapatha-Sundaram sera extrêmement enchanté comme moi que nous avons un esprit d'équipe ici, hein! Regardez, l'ardeur au travail, ça n'a jamais tué personne!
Sketchy : Bip bip bip!

(Ils rient tous, Normal boit son café.)
Normal : Il est très bon.
Herbal : Ah, ha, oui oui oui...

EN VILLE
(Lydecker est à une réunion pour alcoolique.)
Lydecker : Je suis un alcoolique repenti, je m'appelle Donald.
Le groupe : Bonjour Donald!
Lydecker : Je suis à Seattle depuis peu. Je suis venu traiter des affaires, et depuis quelques semaines j'assiste à vos réunions. J'ai écouté tout ceux qui sont venus expliquer leur histoire, et ce soir, je vous raconte la mienne. J'ai frôlé la mort à cause de mon alcoolisme. Un matin, en me réveillant, je ne sais plus où je suis. Et je constate que je suis allongé par terre. Là, je décide de ne plus jamais boire une goutte d'alcool! Je n'ai rien bu depuis ce jour. Certains d'entre vous disent qu'à chaque jour suffit sa peine. Ceux qui prônent cette méthode n'ont rien dans le ventre. Vous prenez une décision, et vous vous y tenez quoiqu'il arrive. Inutile d'attendre, l'aide d'une divinité supérieure, d'une nounou, vous n'en avez pas besoin. Vous ne devez compter que sur votre détermination, votre volonté et votre courage. Croire que l'alcoolisme n'est rien d'autre qu'une maladie est un leurre. C'est une faillite, que vous avez sanctifiée. Vous vous apitoyez sur votre sort. Je suis venu à ces réunions dans le seul but de ne pas oublier ce que je refuse de devenir. Impuissant, impotent, avachi. Merci. Si on veut...

(Lydecker retourne à sa voiture, mais Max lui saute dessus et l'étrangle. Elle le met à l'arrière, et s'apprête à prendre le volant. Zack arrive en moto.)
Zack : Qu'est-ce-que tu fabriques?
Max : Viens, suis moi!

CHEZ NORMAL
Normal (au téléphone.): Est-ce-que Monsieur Sivapathasundaram est déjà arrivé?
OC (avec une boite de laxatif dans les mains) : Pas encore, non. Alors vos intestins?
Normal : Oh la dernière fois que j'ai été aussi malade j'avais le choléra ce qui remonte à mon enfance. Ecoutez, dites à Monsieur Sivapathasundaram que je le verrai dès que ce sera humainement possible...
OC : Vous allez vous occuper de vous, boire en quantité, et laisser Original Cindy prendre soin de Monsieur Si-va-pa-tha-sun-da-ram. (En chantant son nom.) Bises bises.
Normal (courant aux toilettes) : Oh, seigneur!!
OC : L'horreur!! C'est la mort ce laxatif!
Sketchy : La société a été fondée en 1999 par un chanteur de hip-hop arriviste Bootney Lee Farnsworth qui cherchait à joindre les deux bouts. Au début, il...
Sivapathasundaram : Excusez moi. J'avais rendez vous avec le responsable, Monsieur Ronald, où est-il?
Sketchy : Err... Monsieur Ronald est souffrant aujourd'hui, je suis chargé de vous expliquer notre fonctionnement interne en son absence. Je vous en prie. Voici le centre d'opération, le point d'expédition et de réception.
OC : Course urgente, centre d'étude bactériologique avancé, colis très dangereux.
Sketchy : On nous a confié le transport de virus filtrants et de bactéries vivantes, nous acheminons aussi des organes pour les greffes. J'ai personnellement livré un cerveau humain l'autre jour, pour un malade qui a été sauvé! C'est vraiment gratifiant!

(Herbal percute le coursier à qui OC vient de remettre le colis. Ils tombent tous les deux, et le colis commence à dégager de la fumée. La panique s'empare de tout le monde, et Herbal, couché par terre, crache de la bave vert fluo.)
Sketchy : Herbal!! On va passer par derrière, venez! Oh, c'est fermé, non!!
Sivapathasundaram : Il faut sortir d'ici à tout prix!!
Sketchy : On ne retourne pas de ce côté!
Sivapathasundaram : Oh, par Vishnu!
Sketchy : On se calme, hein! Parce qu'on va devoir rester là et attendre qu'on nous porte secours! D'accord? Et on va pas crever!

DANS UN HANGAR
(On retrouve Max, Zack et Lydecker. Ce dernier est attaché à une chaise et ses yeux sont bandés.)
Zack : Ca fiche en l'air notre stratégie! On avait un autre plan!!
Max : Un tien vaut mieux que deux tu l'auras!

(Max et Zack marchent vers Lydecker, et Max lui jette de l'eau à la figure pour le réveiller.)
Lydecker : Ouuaaahh!!
Max : Vos hommes à bord d'un véhicule d'unité de soutien ont cerné une fille hier soir sur Waverly, et ils l'ont kidnappée, on veut savoir où elle se trouve!
Lydecker : Je pense que vous me prenez pour quelqu'un d'autre.

(Zack le frappe.)
Zack : Dites nous où elle est, Lydecker, ou vous allez avoir une très dure journée!
Lydecker : Je ne suis qu'un homme d'affaire!

(Zack le frappe encore.)
Zack : Ca suffit, ordure, où est Brin?!
Lydecker (souffrant) : Brin?! Vous êtes des leurs! Vous êtes deux de mes... X5! Vos prénoms ne sont connus que de moi ou des enfants du centre! ...
Max : Où est-elle??!!!
Lydecker : Je ne l'ai pas.

(Zack le refrappe, Lydecker rit.)
Lydecker : Toujours aussi coléreux! Si c'est toi, tu n'as pas changé, Zack!
Max : On jouera plus tard à associer nos code-barres avec nos noms! On vous a posé une question!
Lydecker : Qui tu pourrais bien être? Jondy, peut-être? Tinga! Max? Ecoutez moi. Je regretterais autant que vous qu'elle soit tombée entre des mains ennemies!
Zack : C'est vous notre ennemi!
Lydecker : Je vous l'ai dit, Zack! Je ne l'ai pas!

(Zack le frappe à nouveau.)
Zack : Sale menteur! Où est-elle?!
Lydecker : Vous placez votre prisonnier dans une position qui le diminue. Ensuite vous utilisez les menaces, et la violence verbale pour tenter de l'ébranler psychologiquement.
Max : Vous allez la fermer!
Lydecker : Vous en viendrez à utiliser des techniques non verbales si nécessaire, incluant la torture!
Max : Je vous ai dit de la fermer!!!
Lydecker : Je vais nous faire gagner du temps.

(Lydecker se casse un doigt lui-même.)
Lydecker : Un doigt cassé, il en reste 9! Je dois faire quoi, pour que vous compreniez que je vous dis la vérité! Je ne l'ai pas!
Max : C'est qui alors?
Lydecker : En fait n'importe quel gouvernement étranger serait enchanté de posséder cette technologie.
Max : Vous dites que ces hommes l'ont kidnappée afin de la revendre ensuite au plus offrant?
Lydecker : Ca n'a rien de surprenant. Chacun d'entre vous vaut des millions!
Zack : On devrait tout bonnement vous croire?!?
Lydecker : Un fantassin supérieur tel que Brin n'est pas une marchandise très courante. Si je pouvais contacter mes troupes, nous pourrions découvrir qui sont les intermédiaires. C'est à vous de voir.

(Max et Zack s'éloignent.)
Max : Qu'est ce que tu en dis?
Zack : On devrait le tuer tout de suite, on serait gagnant!
Max : Je sens qu'il dit la vérité, il est trop sûr de lui.
Zack : Tu crois le tissu de mensonges qu'il veut nous faire gober?!
Max : C'est plausible! On devrait le vérifier. Logan est en contact avec des militaires, peut-être qu'ils auront de bons tuyaux!
Zack : Vas-y. Je continue d'interroger Lydecker.
Max : Non, je crains qu'en mon absence tu ne commettes l'irréparable. Tu iras faire le point avec Logan.

(Zack s'en va et Max reste surveiller Lydecker.)

A JAMPONY
Sivapathasundaram : Oh! Nous allons mourir, je le sens, après de terribles souffrances exactement comme ces jeunes gens!
Sketchy : Non! Non, vu l'ampleur de la catastrophe, là je crois que les secours ne devraient pas trop tarder! Encore que, si on tient compte de l'économie en crise, du manque criant de ressources, ça peut prendre du temps! Enfin avec un peu de chance...

(On entend une sirène, puis une voix dans un mégaphone.)
Mégaphone : Votre attention s'il vous plait! C'est le sergent Peterson de la police de Seattle qui vous parle.
Sivapathasundaram : Oh, Vishnu soit loué!!
Mégaphone : Le centre de contrôle des maladies infectieuses nous a informé que l'immeuble venait d'être placé sous quarantaine. Nous tirerons à vue sur toute personne qui tenterait de sortir sans y avoir été autorisée. Merci de votre coopération.

(On voit que c'est Herbal qui tient le mégaphone.)
Herbal : Et voilà! Alors, ça le fait, hein!
OC : Ouais!
Herbal : J'suis génial! Cool!
Sketchy : On a plu qu'à espérer qu'on nous fera pas griller! Comme en Afrique pour éradiquer le virus Ebola!
Sivapathasundaram : Moi je refuse d'attendre d'être tué comme un rat!
Sketchy : Et dites! Il y a des conduits de chauffage sous le bâtiment. En se glissant à l'intérieur, on pourrait passer inaperçu et éviter la police!
Sivapathasundaram : Je préfère tenter ça que de finir incinéré!
Sketchy (tenant un cadenas) : Faudrait un truc pour scier ça!

(Monsieur Sivapathasundaram cherche quelque chose pour scier le cadenas en retournant toute une étagère, nerveusement.)

A L'APPARTEMENT DE LOGAN
Logan (au téléphone) : Mes clients sont très pressés alors rappelez moi ici au plus vite. Je ne bouge pas. (à Zack) : On doit attendre! Mes contacts sont sur une piste, ils doivent vérifier certains détails. Entreprise plutôt risquée d'avoir enlevé Lydecker.
Zack : On avait un autre objectif. Max est une tête brûlée, c'est tout.
Logan : Maintenant vous tenez le tigre par la queue. Vous allez veiller sur elle?
Zack : C'est quelque chose que je fais sans qu'on m'en donne l'ordre! Je me sens responsable d'elle. Et de tous les autres. Si j'avais été à la hauteur, Brin n'aurait pas eu d'ennuis. Qu'est ce qui a entre vous et Max?
Logan : Quelque chose... J'imagine. Mais je ne sais pas trop ce que c'est.

(Le téléphone sonne, Logan décroche.)
Logan : Oui? Qu'est-ce-que tu as trouvé? D'où tu le tiens? Merci de ton aide.

(Logan raccroche.)
Logan : Ok! L'armée chinoise essaye depuis des mois de se procurer des substances organiques de synthèse au marché noir. Les bruits courts qu'ils sont sur un coup et qu'ils ont leur vendeur.
Zack : Alors Lydecker dit la vérité...
Logan : Ca en a l'air. L'opération est menée par le major Jake Sanders. Son QG se trouve à Fort Xavier, une base abandonnée en proche banlieue. C'est un hors la loi, il règne sur toute une clique comme un seigneur félon.
Zack : Où se trouve la base qui lui sert de QG?
Logan : Elle est à 22km au Nord Ouest de la ville. Je voudrais ajouter que c'est une vraie forteresse. C'est à dire qu'ils sont armés, et que leur seule motivation étant l'argent, ils sont prêts à tuer.
Zack : Nous avons l'habitude. Nous sommes des soldats. Vous vous inquiétez pour Max, seulement c'est vous qui la mettez en danger!
Logan : Et de quelle façon?
Zack : Elle aurait dû quitter Seattle il y a bien longtemps. Elle sait qu'elle risque sa vie, mais si elle reste c'est uniquement à cause de vous. C'est une erreur tactique. Seulement il faut croire que le cœur a ses raisons que la raison ignore. Mais... Un jour elle y laissera sa vie.

(Zack s'en va.)

DANS LE HANGAR
Lydecker : Est-ce-que je pourrais avoir un peu d'eau?
Max : Le frigo est vide! Je cracherais bien sur vous, mais j'ai vraiment pas envie de gâcher ma salive.
Lydecker : Je reconnais ta voix, maintenant! Tu es la journaliste qui était à côté de moi à la conférence sur la génétique. Rachel... Glasser, c'est bien ça? Est ce qu'elles sont pénibles? Je veux parler de tes crises.
Max : Parfois elles sont douloureuses.
Lydecker : Nous avons élaboré un traitement qui est très efficace, tu sais!
Max : Et vous le prescrivez à domicile ou à Manticore uniquement?
Lydecker  : Ce serait vraiment si terrible de revenir?
Max : C'est une question que vous ne devriez pas poser! On nous a torturés, frappés jusqu'au sang!
Lydecker : Vous suiviez un entrainement pour être soldat!
Max : Nous étions des enfants!
Lydecker  : Tu te souviens de Manticore avec les yeux d'un enfant!
Max : Je revois mon amie Eva étendue sur le sol, tuée par le pistolet que vous teniez!
Lydecker : Tu n'imagines pas toute la peine que j'ai eu à me résoudre à la tuer!
Max : Ne vous fichez pas de moi!
Lydecker : Ce sont les meilleurs qui se sont enfuis cette nuit là!
Max : Oui, on avait envie de créer un groupe de rock.
Lydecker : Tu veux fuir pour le restant de tes jours?
Max : A votre avis!
Lydecker : Tout peut changer. Tu peux rentrer chez toi, on t'accueillera toujours!
Max : Je préfère mourir que de retourner là-bas, enfoncez vous bien ça dans le crâne!
Zack : On se rappelle le bon vieux temps? Il n'a pas menti! Elle est prisonnière à Fort Xavier.
Lydecker : C'est la base de Jake Sanders. Je n'arrive pas à le croire! On s'est battu côte à côte!
Zack : Ne vous en faites pas, nous lui adresserons vos salutations. Voilà le plan de la base.
Max : On pourra s'y introduire durant la nuit.
Lydecker : Vous n'en ressortirez pas vivants. Ecoutez moi, je connais Sanders. Je placerais mes hommes dehors, et là on entrera dans la base.
Zack : Et ensuite quoi? Elle sera ramenée à Manticore?
Lydecker : Je préfèrerais donner ma vie, plutôt que de voir Manticore servir les desseins de nos ennemis! Cette technologie est trop précieuse!
Max : Donnez votre vie, bonne idée. Vous allez venir avec nous!
Zack : Quoi?
Max : S'il nous accompagne nous entrerons sans la moindre difficulté.
Zack : Dès qu'on tournera le dos, il nous doublera!
Max : Il aimerait bien, mais on le tient! Sans nous Brin resterait entre les mains du méchant Sanders, n'est ce pas, Donald!
Zack : Il va voir notre visage!
Max : On verra ce problème quand on aura récupéré Brin!
Zack : Je suis contre, je tiens à ce que tu le saches!
Max : Entendu.

(Max enlève le bandeau des yeux de Lydecker.)
Max : Vous levez le petit doigt...

(Zack pointe son pistolet sur la tête de Lydecker.)
Max : ... Et vous devenez donneur d'organes!

SUR UNE ROUTE
(Ils roulent jusqu’à la base de Sanders où un garde-barrière les arrête.)
Max : Soyez bref, compris?
Garde : L'accès de la base est interdit jusqu'à nouvel ordre.
Lydecker : J'aimerais voir le major Sanders.
Garde : J'exécute ses ordres et vous allez devoir faire demi-tour monsieur.
Lydecker (montrant sa carte militaire) : Téléphonez lui tout de suite, caporal, et dites lui que Lydecker aimerait le voir!
Garde : Très bien, commandant. J'y vais. Le major est au mess, là-bas, il vous attend à sa table, commandant.
Lydecker : C'est très bien, caporal!
Garde : Allez-y!

(La barrière se lève, Max continue de rouler, et on les retrouve tous les trois à l'intérieur de la base.)

A L’INTERIEUR DE LA BASE
Sanders : Nom de Dieu, c'est pas possible! Donald Lydecker! Comment ça va?
Lydecker : Ravi de te revoir, Jake, ça fait si longtemps!
Sanders : Alors, jouer l'espion te botte toujours?
Lydecker : Est-ce qu'on pourrait parler dans un coin tranquille?
Sanders : Tu vois une raison d'aller ailleurs?
Lydecker : Tu en verras peut-être une quand je te dirais ce que j'ai à te dire.
Sanders : J'écoute.
Lydecker : Tu tiens un de mes enfants, Jake.
Sanders : Je n'ai aucune idée de ce que tu racontes.
Lydecker : Tu prévois de la vendre à l'armée chinoise, et je suis assez inquiet à dire vrai.

(Sanders claque des doigts, et ses soldats mettent immédiatement en joue Zack, Max, et Lydecker.)
Sanders : Fouillez les! Je savais que ça te poserait un problème. Tu deviens très chatouilleux dès qu'on touche à tes chéris!
Lydecker : Tu fais fausse route. Je n'ai pas l'intention de t'en empêcher. Je veux être dans le coup, c'est tout.
Sanders : Tu n'as jamais cessé de me surprendre!
Lydecker : Les temps sont durs. On doit un jour penser à prendre sa retraite!
Sanders : L'ennui, c'est que... J'ai déjà la marchandise, je vois mal en quoi tu as le droit à une part du gâteau, Donald.
Lydecker : Ces enfants n'existeraient pas sans moi! Avec les deux que j'ai amené avec moi les enchères vont monter!

(Zack essaye de sauter sur Lydecker mais des gardes le retienne.)
Sanders : Ouais...

A JAMPONY
Sivapathasundaram : Je ne peux pas mourir comme ça! Je dois d'abord aller en pèlerinage à la ville sainte de Bénarès, et me baigner dans le Gange!
Sketchy : Vous n'allez pas mourir monsieur. Et moi non plus! On a encore trop de choses à vivre non? J'ai toujours voulu apprendre à nager. Et coucher avec deux nanas en même temps. Vous l'avez déjà fait?
Sivapathasundaram (sanglotant) : Oui.
Sketchy (sanglotant aussi) : Mais c'est déjà ça, monsieur Sivapathasundaram!
Normal : Où est monsieur Sivapathasundaram?
OC : On n'a pas vu l'oiseau!
Normal : Il vous a avertis de son retard?
OC : Non plus!
Normal (souffrant à cause du laxatif) : Oh, pour l'amour du ciel!! Oh!!
OC : Vous devriez rentrer vous reposer, je vous appellerais s'il téléphone.
Normal : Quand j'aurais besoin de conseils je vous sonnerais, ok?
OC : Vous allez où, là?
Normal : Le numéro de monsieur Sivapathasundaram est punaisé sur le tableau du bureau j'ai le droit de lui téléphoner?
OC : Ca va, j'ai rien dit!
Normal : Ouais, vous me remplacez quelques heures, et vous avez déjà la grosse tête, hein!

(Normal entre dans la remise, et on constate que Sketchy et monsieur Sivapathasundaram ne sont plus là. On les retrouve d'ailleurs en train de sortir d'un conduit, dans le parking.)
Sivapathasundaram : Oh, par Vishnu!
Sketchy : Je crois que vous pouvez différer la trempette dans les eaux du Gange, monsieur Syva... Breuhh ahh

(Sketchy fait semblant de s'étouffer.)
Sivapathasundaram : Ne vous approchez pas, allez, descendez!!

(Sivapathasundaram le jette dehors de la voiture dans laquelle ils viennent de monter tous les deux.)
Sivapathasundaram : Et débrouillez vous, moi je m'en vais!

(Il s'en va avec la voiture laissant Sketchy couché par terre.)
Sketchy: Gagné!!!

A LA BASE DE SANDERS
Sanders : Je dois admettre que tu arrives au bon moment avec ces deux là.
Lydecker : Ah oui, pourquoi?
Sanders : J'aime autant que tu en juges par toi même.

(On découvre Brin, gravement atteinte par sa maladie et placée sous perfusion.)
Max : Brin? Brin, c'est moi, Max!
Brin : Max? Est-ce-que c'est vraiment toi?
Zack : On est là, petite sœur.
Brin : Zack... Tu es venu pour moi?
Max : De quoi est-elle atteinte?
Lydecker : C'est une forme de progéria. Similaire au syndrome de Verner. Elle produit une mutation rapide et spontanée dans le génome qui se traduit par un vieillissement accéléré des tissus cellulaires. Trois enfants du groupe X5 l'ont développé. Elle est la quatrième. Pour autant que je sache. Il faudrait l'entourer de poches de glaçons, pour faire descendre la température de son corps, et ralentir son rythme métabolique.
Sanders : Est ce qu'elle vivra assez longtemps pour que je la livre à mes clients?
Lydecker : Deux ou trois jours, peut-être.
Sanders : Tout ce que je veux, c'est que demain matin elle respire assez longtemps pour que je me tire avec le fric. Mais ils payeront moins cher pour de la marchandise avariée.
Lydecker : Qu'elle soit vivante ou morte, son code génétique vaut des millions! Et puis, nous en avons deux autres à leur vendre. Deux des meilleurs éléments du groupe X5.
Max : Eh, vous savez, Donald, je me suis toujours demandée pourquoi vous vous acharniez autant sur nous. J'ai pensé que c'était la peur d'être viré de chez ces pourris de fédéraux, ou que vous faisiez preuve d'un ardent patriotisme, ou bien que votre fierté professionnelle en avait pris un coup lors de notre évasion. Maintenant je sais. Vous n'êtes qu'un trafiquant cruel de chair humaine, un vendeur d'esclave qui ne pense qu'au profit.
Lydecker : C'est légèrement trop simpliste, je le crains. Je peux leur donner des ordres?
Sanders : Ils sont à toi.
Lydecker : Bon, écoutez moi bien. Sous aucun prétexte, vous ne devez discuter avec les prisonniers. On doit être spécialement entrainé pour s'occuper d'eux. Ce qui n'est pas votre cas! N'ouvrez surtout pas leurs cellules. Et vous ne devez jamais, quoiqu'il arrive, approchez ces prisonniers de près, est-ce-que c'est clair?
Sanders : Tu n'as pas changé!
Lydecker : La prochaine fois, nous devrons mettre plus de gardes.
Zack : Je t'avais dit qu'on se ferait avoir.
Max : Toujours fidèle à son image, on dirait! J'ai le dos qui me gratte, l'un de vous veut venir me soulager?
Soldat : Tu rêves, ouais!

(Max se sert de ses dents pour enlever les liens de ses poignets.)
Soldat : Eh, arrête ça!
Max : Ah, aller, tire, je t'en prie! Je sens que ton commandant sera extrêmement content!
Soldat : Je t'ai dit d'arrêter ça!
Max : Relax! Ou alors je me fâche et je ronge les barreaux.

(Max se gratte le dos.)
Max : Oh, ça va mieux!!

DANS LE BUREAU DE SANDERS
Sanders : J'ai... Du scotch, du scotch, ... Et du scotch.
Lydecker : Je prendrais un verre d'eau.
Sanders : J'avais oublié, tu m'excuseras. Hé hé. Bon, revoyons les termes du contrat. J'ai trouvé tout seul la fille malade, alors je n'ai aucune raison de te donner une part là dessus. Quant aux deux autres, je te donne, euh... 20% pour me les avoir amenés.
Lydecker : 50%.
Sanders : La moitié?!
Lydecker : Sur les trois!
Sanders : Tu veux rire! J'ai les acheteurs, j'ai trouvé un endroit sûr pour procéder à l'échange, et ces trois spécimens de première catégorie sont sous ma garde. Alors qu'est ce que tu crois avoir de si précieux en échange de la moitié du fric?
Lydecker : Ce que j'ai à offrir... C'est d'autres spécimens du même genre.
Sanders : Ah. L'argument est plutôt de taille! Glace?
Lydecker : Oui!... Le marché est conclu?
Sanders : Tu sais Donald, je te connais trop bien pour chicaner sur le pourcentage. La vie est trop courte!

(Sanders prend une arme pour tirer sur Lydecker, mais ce dernier le tue en lui plantant un coupe-papier dans la poitrine.)
Lydecker : Ouais, tu l'as dit.

(Sanders agonise, et Lydecker récupère son arme.)
Lydecker (au téléphone) : Ici votre commandant. Code de la mission, flèche empoisonnée.

(Dans les cellules, les gardes discutent, pendant que Zack remarque que Max s'est pendue.)
Zack : Max!! Max, non!! Non!! Détachez la, vite!
Soldat : Ouvre la cellule!
Soldat 2 : C'est pas demain la veille!
Soldat : Morte, elle ne vaut plus rien, ouvre la!
Zack : Bon sang, mais vous attendez qu'elle crève, ou quoi!
Soldat 3 (à la radio) : Major Sanders, nous avons un problème.

(Lydecker récupère la radio dans la poche de Sanders.)
Lydecker : Ici Lydecker à vous.
Soldat 3 : Où est le major?
Lydecker : Euh, aux toilettes! Votre compte rendu.
Soldat 3 : Votre prisonnière s'est pendue dans sa cellule!
Zack : Pour l'amour du ciel grouillez vous!!
Soldat : Ouvre cette porte! Grouille toi!
Soldat 3 : Surveille les autres.
Soldat : Ouais! T'inquiète pas! Face au mur!
Lydecker : Attendez! Je répète, n'ouvrez surtout pas leur cellule!
Soldat : A genoux! Les mains derrière la tête! J'ai dit les mains derrière la tête!

(Un soldat détache Max, puis elle se bat contre les militaires. Elle, Zack et Brin les assomment tous.)
Max : On va te sortir de ce trou, ok?
Lydecker : Je sais que vous avez pris la radio comme je vous l'ai enseigné. Il est inutile de courir, vous n'avez aucune chance.
Max : Ah oui, parce que vos hommes sont dehors? Je savais quel était votre plan, nous trahir et faire la même chose à Sanders!
Lydecker : Si vous l'emmenez, elle mourra! Ni vous ni Zack ne pourraient la sauver! Mes hommes à Manticore sauront la soigner! Nous l'avons déjà fait! Pour d'autres enfants du groupe X5!
Max : Ahh, la douce musique des armes à feu! Allez y, explosez vous la tête, nous on doit y aller!
Militaire : A couvert!!

(Zack, Max et Brin volent la voiture de Lydecker et s'enfuient avec, pendant la confusion du conflit entre les hommes de Lydecker et ceux de Sanders.)
Militaire : Ils sont là!!

DANS LA VOITURE
Max : Ca va Brin?
Lydecker : Je sais que tu peux m'entendre. Je suis très impressionné. Vous vous en êtes très bien tirés! Je suis fier de vous!
Max : Oh, c'est gentil, 'pa!
Zack : Eteints ça!
Lydecker : Ecoutez moi, je vous en prie! Il lui reste peu de temps à vivre! Aidez moi à la ramener à Manticore avant qu'il ne soit trop tard! Je vous ai enseigné qu'il fallait avoir un plan, quel est le vôtre? Les urgences d'un hôpital? Ils n'auront aucune idée de ce qu'elle a. Les médecins seront incapables de la soigner. Je peux la faire transporter à Manticore, en 4 heures! Il n'est pas trop tard.
Zack : Max, éteints cette radio!!

(Max obéit.)
Max : Elle est très faible, Zack!
Zack : On est ensemble, c'est tout ce qui compte pour l'instant!
Max : Tu veux la laisser mourir?!!
Zack : Retourner là-bas serait pire que tout, c'est toi même qui l'a dit!
Brin : Ne me laissez pas mourir! Pitié! Je ne veux pas mourir!
Max (à la radio) : Lydecker! Vous êtes là?
Lydecker : Ouais.

(Max et Zack dépose Brin sur un banc public.)
Max : Ils vont te soigner et tu guériras! Et un jour peu importe ce qui se passera, je viendrais te chercher à Manticore. Je te le promet.
Brin : Max...

(Max et Zack retournent à la voiture en pleurant, alors qu'on entend un hélicoptère arriver près de Brin.)

A JAMPONY
Normal (au téléphone) : Oui, avez vous des nouvelles de monsieur Sivapathasundaram? Vous devez bien avoir un moyen de le joindre?! Oui, merci de lui dire de me rappeler. (à OC) Quelque chose me dit qu'on essaye de me mener en bateau.
OC : C'était peut-être que du vent!
Normal : Oui, je commence à le croire! Il avait pourtant l'air intéressé.
OC : Le monde dans lequel on vit grouille de requins et les nourrir serait de la folie.
Normal : Oui, encore que... C'était une opportunité en or, j'aurais aimé que ça se fasse!
OC : Regardez le bon côté des choses! Peut être que monsieur Sivapathasundaram a permis sans le savoir qu'on se rapproche les uns des autres!
Normal : Oh non, je me sens mal!!

(Normal court aux toilettes.)
OC : Oh, oui, je vous comprends...

(Sketchy, OC et Herbal se touchent les poings en signe de cohésion.)
OC : Ouhhhh!!! ^^.
Herbal : Bam bam!! ^^

(OC rit.)

CHEZ LOGAN
Logan : Tu ne veux quand même pas que je dîne devant ton assiette vide!?
Max : Est-ce-que tu crois que c'était une sage décision? De le laisser la ramener à Manticore.
Logan : Vous l'avez sortie du piège où elle était. Et vous lui avez laissé le choix.
Max : Oui, c'est juste.
Logan : Et... Comment ça s'est passé avec Zack?
Max : Il a grogné quelques mots en guise d'au revoir, après quoi il a disparu dans la nuit.
Logan : Ouais. Il faut pas lui en vouloir, à mon avis, il a dû être un enfant gâté.
Max : Ouais, et le pire c'est qu'il est parti avec la voiture de Lydecker. Vitres fumées, carrosserie à l'épreuve des balles, j'l’aurais refourguer pour une fortune! Il a dû la balancer du haut d'un pont ou dans je ne sais quelle rivière. Il ne veut pas qu'on retrouve nos empreintes. Une obsession chez lui.
Logan : Tu devrais faire plus attention à toi, tu sais. Maintenant Lydecker connait ton visage.

A MANTICORE
Un dirigeant : Comment va-t-elle?
Lydecker : Elle se remet doucement. Nous avons guéri les gènes endommagés.
Un dirigeant : Elle sera opérationnelle dans combien de temps?
Lydecker : Il faudra un nouvel endoctrinement. Elle a vécu dehors très longtemps.
Un dirigeant : Quant est-il des deux autres?
Lydecker : On ne peut pas vivre caché indéfiniment.

(A couple of men open their restaurant for the day, speaking to each other in Spanish. One of them notices that the door to the walk-in freezer is unlocked.)

FIRST MAN: Hey! Hey! Se te olvido cerrar esto anoche.

(Not noticing the padlock lying on the ground, the man walks into the freezer. He pushes aside some hanging meat and sees a girl sitting on the floor, covered with frost, not moving. Her eyes are closed. The man calls the other man in.)

FIRST MAN: Fico! Fico!

(The other man comes in and they both stare at the girl.)

FICO: Es una nena.

(Thinking she’s dead, the men cross themselves. Suddenly the girl opens her eyes, and the men scream in surprise. The girl runs out of the building and into an alley, stops, and looks in both directions with heightened vision. She has a barcode on the back of her neck.)

(At Jam Pony)

HERBAL: Mornin’, Normal. I and I need to take a personal day next Friday.

NORMAL: You and who need to do what?

HERBAL: ‘Tis the 75th anniversary of the great Bob Marley’s birth. I’d like to attend the memorial concert they’re having out there in Portland for him.

NORMAL: Yeah, well, I’d like to take off every June 12th, but I don’t.

HERBAL: What’s June 12th?

NORMAL: June 12th is the birthday of my personal hero, and perhaps the nation’s greatest visionary, George Herbert Walker Bush. Born 1924, in what used to be called Milton, Massachusetts, before the Pulse. Sketchy, get your tail over here.

SKETCHY: I’m on a break.

NORMAL: Shut up. Put this on.

SKETCHY: What is it?

(Normal hands him a jacket emblazoned with an American flag, a slogan, and reflective strips.)

NORMAL: It’s the shape of things to come, my friend. This is the prototype for the new Jam Pony safety jerkin, which each of you will soon be required to wear at all times.

ORIGINAL CINDY (reading the slogan): “Jam Pony. Ride With Pride.”

NORMAL: That’s right. I designed it myself.

MAX: I can tell.

NORMAL: It will make our riders more visible to other vehicles and lend a more uniform appearance to the generally scruffy look of you bums.

SKETCHY: Even though people are hungry out there, they will throw food at us if we wear something this bogus.

NORMAL: You’ll wear it and you’ll like it. You can also say goodbye to the graffiti in this place and hello to a nice, fresh coat of institutional beige, as well as digital locators, so I can keep tabs on you deadbeats at all times.

MAX: Where’s the money come from to pay for this fascist wet dream of yours, Normal?

NORMAL: From our soon-to-be new owner, Mr. Gurmook Sivapathasundaram, who’s on his way from Bangalore, India, as we speak.

ORIGINAL CINDY: He’s buying this place?

NORMAL: Yes, as an investment, and he’s empowered me to institute a wide range of reforms to get Jam Pony running more efficiently.

MAX: Maybe you should start with fixing the can in the ladies’ room.

NORMAL: Well, in due course. First order of business, I want all unauthorized signage, graffito, and the like removed from your lockers. I don’t want Mr. Sivapathasundaram walking in here and finding a great, big, fat mess.

(The girl who ran out of the freezer is talking at a pay phone on the street.)

GIRL: Hey, it’s me--Brin. I know I’m not supposed to contact you, but I had no choice. I had a close call with Lydecker’s people in L.A. I need your help. I’ll explain everything when I see you...When?...I’ll be there.

(At sunset, Lydecker and a man named John McGinnis stand at the waterfront.)

McGINNIS: Nice view.

LYDECKER: Oh, yeah. Nice day. You look like hell.

McGINNIS: We have a problem we could use your help with.

LYDECKER: You know I’m always happy to do what I can.

McGINNIS: Familiar with the Vatican situation?

LYDECKER: Only what I read in the paper.

McGINNIS: New Pope’s come out against our friends in the Italian parliament. He’s popular. Keeps at it, he’s going to bring down the whole Mediterranean coalition.

LYDECKER: Consider it done.

McGINNIS: Can’t have any accountability.

LYDECKER: You know my kids. Have they ever let you down?

McGINNIS: You know, I appreciate everything you’ve done for us.

LYDECKER: Well, maybe you can do something for me. See if you can get the Committee to come up with more funds so I can bring Manticore to stage three.

McGINNIS: I’m behind you on this; you know it, Deck. But with these people, it always comes down to the same thing: X5. I need to be able to tell them that you’re making progress.

LYDECKER: What do you think I’m in Seattle for, the weather? I’m closing in on one right here in the city.

(After dark, Max rides her motorcycle through the streets, eventually arriving home.)

MAX: Kendra?

(She sees a note Kendra left and reads it aloud.)

MAX: “Mr. Multiples is back in town.” (Chuckling) God.

(Max enters her bedroom and sees that the window has been broken. Noticing a man standing behind her, she does a high kick and places her foot at his throat. Then she sees that the man is Zack, weak and bloody.)

MAX: Oh, God. Zack?

ZACK: Lydecker…I tried to stop him…

(In a flashback, Zack goes to meet Brin in an alley earlier that day. A couple of SUVs come along, and the men inside them capture Brin, despite Zack’s efforts to save her. One of the SUVs runs him down as they leave.)

ZACK: But he got Brin.

(Zack passes out.)

(At Logan’s apartment, Bling is checking Zack’s wounds.)

BLING: Let’s have a look.

(Zack wakes up and grabs Bling’s arm.)

BLING: I need to change your bandage.

ZACK: You need to back off.

MAX: It’s okay. He’s a friend.

(Logan joins them.)

ZACK: Another friend?

LOGAN: That’s right.

ZACK: Why did you bring me here, Max? I came to you for help.

MAX: And that’s what you’re getting. Now, tell us what happened to Brin. You said Lydecker had her.

(Zack looks at Logan.)

MAX: He knows all about who we are.

LOGAN: I want to help you.

MAX: You can trust him. Tell us what happened.

ZACK: She got careless. She got caught. End of story.

MAX: What’s that supposed to mean?

ZACK: She’s gone, Max.

MAX: So we’re just gonna let Lydecker have her?

ZACK: You want us to go after her and give him a shot at a hat trick?

MAX: We can’t just do nothing.

ZACK: We’re not going to breach op-sec for some half-assed rescue attempt. You need to accept what happened, and move on. Is that clear?

MAX: You’re not my CO, Zack. You know, you can worry about op-sec for the both of us, but I’m gonna do whatever it takes to get her back.

ZACK: Yeah? How? She’s probably halfway to Manticore by now.

LOGAN: I don’t think so.

ZACK: Stay out of this.

LOGAN: In case you haven’t caught on by now, this girl is gonna do what she’s gonna do, no matter what you or anyone else says. Now you’ve got two choices: back off or pitch in.

MAX: What he said.

LOGAN (checking his laptop): Now, the way I figure it, you don’t just put a genetically-enhanced killing machine on the next bus to Manticore. And since I’m not finding any record of military convoys leaving the city, or any unusual air traffic, I’m thinking there’s a chance she’s probably being held somewhere here in Seattle. Maybe at Lydecker’s forward base of operations.

ZACK: Yeah? Well, where’s that?

LOGAN: Give me a minute.

(At Crash)

SKETCHY: You guys wanna head back to Jam Pony?

ORIGINAL CINDY: He can’t.

HERBAL: Not for a half hour.

SKETCHY: Why not?

HERBAL: Normal said if I made two more runs before lunch, he gonna make me employee of the week.

SKETCHY: Oh, that’s awful.

HERBAL: I know.

SKETCHY: Normal’s really starting to terrify me.

ORIGINAL CINDY: For real.

SKETCHY: If he’s allowed to go unchecked, we are a heartbeat away from compulsory urine testing at Jam Pony.

HERBAL: What would he be testing for?

ORIGINAL CINDY: Knowing Normal, probably flavor.

SKETCHY: If this deal with this Indian dude goes through...Normal gets more power, control, and the money to back it up…we better start looking for new jobs.

HERBAL: Only there aren’t any.

ORIGINAL CINDY: Everything was chill until this Sivapatha-spinderella decided to make Jam Pony part of his business empire.

SKETCHY: Maybe he’ll change his mind when he sees the place.

ORIGINAL CINDY: Or maybe we can help him.

SKETCHY: What do you mean?

ORIGINAL CINDY: I don’t know. Original Cindy gotta think this bitch through.

(At his apartment, Logan is checking his computer.)

LOGAN: Our friend Lydecker’s a first-rate spook. Whatever operation he’s got going here, he’s covering it up pretty good.

ZACK: Did you look in the Yellow Pages under “black-helicopter operations”?

LOGAN: Oh, another Manticore wit.

MAX: Okay, so we can’t find his crew. Maybe we can find his crib, or where he hangs. Maybe he’s part of a bowling league or something.

(Logan finds some information on the computer.)

LOGAN: Here are his DOD records. Donald Michael Lydecker, born 1968. Enlisted in the Army right out of high school. Married his hometown sweetheart.

MAX: Oh, touching.

LOGAN: Accepted to OCS. Graduated top of his class. Assigned to third Ranger battalion. Saw action in Panama, Kuwait, Somalia. Made captain. Assigned to Delta Force. Legion of Merit, Purple Heart…

MAX: Yeah, yeah, we get the point.

LOGAN: Looks like he was on the fast track, until ’95. Wife was murdered. Killer was never found.

ZACK: Probably did it himself.

LOGAN: His behavior became erratic. Half a dozen disciplinary infractions. Insubordination, disorderly conduct, DUI. Bought himself a dishonorable discharge. And, last but not least, an ADAP admissions form from 1996.

MAX: “ADAP”?

LOGAN: Alcohol and Drug Abuse Program. Rehab for military personnel.

MAX: Program must’ve turned things around for him if he was assigned to head up Manticore. He’s probably still working it.

LOGAN: As in, “My name is Don. I’m an alcoholic”?

MAX: Place to start. (To Zack) You coming?

ZACK: And our objective is what? All the black coffee we can drink?

MAX: Find the man, he’ll lead us to our objective. Or did you sleep through Recon 101?

LOGAN: Notwithstanding what I told G.I. Joe here, you do realize that you’re going after a man who’s spent the last ten years trying to hunt you down.

MAX: I’ve spent the last ten years looking for him (indicates Zack), and Brin, and the others. It’s what’s kept me going.

LOGAN: Just make sure it’s not what gets you killed.

(At Jam Pony)

SKETCHY: Do you need me to wash the floor again?

NORMAL: No, the floor looks clean to me.

SKETCHY: Yeah, but we want Jam Pony to be all it can be for when Mr. Sivapathasundaram gets here, right?

NORMAL: Right.

ORIGINAL CINDY: Is there any special dress code for tomorrow?

NORMAL: No, as long as you look businesslike.

ORIGINAL CINDY: Maybe I should lose the afro puffs. I don’t want to come across too…ethnic.

NORMAL: You’ll have to use your own judgment on that.

ORIGINAL CINDY: I know that India can be a really conservative place when it comes to the role of women and sexuality and so forth, but when Mr. Siva-path-as… (Struggles with the name)

NORMAL: ...undaram.

ORIGINAL CINDY: When he looks at me, he’s going to see a hardworking employee--not some diesel-domme trolling for a flat-tailed, obedient, white bottom-girl to be my love toy--and you got Original Cindy’s word on that.

NORMAL: I appreciate that. That’s enormously comforting.

HERBAL: Your employee of the week made some Blue Mountain coffee, fresh from Jamaica, to show my appreciation for the honor.

NORMAL: Thank you, Herbal. That’s very, very thoughtful of you.

HERBAL: So, what you think? I should more or less hang out in the background, in case this Supapapa…Supaman have a problem understanding I and I, or something like that?

NORMAL: I think that, uh, Mr. Sivapathasundaram is going to be pleased as I am by the fact that we’ve all pulled together here, huh? Look at that. A little hard work never hurt anybody.

SKETCHY: Bip bip bip.

(Normal takes a sip of the coffee Herbal gave him.)

NORMAL: That’s yummy.

(At an Alcoholics Anonymous meeting, Lydecker stands at the lectern.)

LYDECKER: I’m an alcoholic, and my name is Don.

GROUP: Hi, Don.

LYDECKER: I’m, uh, new in town. I have some business here, and I’ve been coming to this meeting for the last couple weeks. I’ve listened to a few of you stand up and tell your stories, and tonight I’d like to take my turn. Drinking damn near destroyed my life. I woke up one morning, took a look around…I was lying on the floor. I decided never to touch another drop. I’ve been sober ever since. I hear a lot of you talk about taking things one day at a time. As far as I’m concerned, that’s a cop-out. You make a decision and you take charge of your life. You don’t need a higher power to help you. You don’t need a sponsor. What you need is strength of mind, willpower, and character. Alcoholism is not a disease. It’s a failing. You’ve turned it into a church. You worship at the altar of self-pity. I come to these rooms for one reason: to remember what I don’t want to become...helpless, impotent, and weak. Thank you. As you were.

(Lydecker leaves the meeting and walks out to his SUV. Max comes up behind him, knocks him out, and shoves him into the back seat. Zack comes up on a motorcycle.)

ZACK: What the hell are you doing?

MAX: Follow me.

(Max gets into the driver’s seat of the SUV.)

(The next day, in his apartment, Normal flushes the toilet and emerges from the bathroom, spraying air freshener. He is on the phone with Original Cindy.)

NORMAL: Has Mr. Sivapathasundaram showed up yet?

(At Jam Pony, Original Cindy holds a box of “Final Lax.”)

ORGINAL CINDY: Not yet, boo. So, you’re not feeling too good, huh?

NORMAL: Oh, I can honestly say I haven’t felt this ill since I had cholera as a small boy. Listen, tell Mr. Sivapathasundaram I’m going to be there as soon as humanly possible.

ORIGINAL CINDY: You go do your business. Force the fluids and let Original Cindy worry about Mr. Sivapathasundaram. Peace. I’m out.

NORMAL: Oh, God!

(Normal quickly hangs up and runs back into the bathroom.)

ORIGINAL CINDY: Gross. Damn, this stuff is strong.

(Sketchy enters Jam Pony with Mr. Sivapathasundaram.)

SKETCHY: Jam Pony was founded way back in 1999 by an aspiring hip-hop MC named Bootney Lee Farnsworth as a way to make ends meet.

MR. SIVAPATHASUNDARAM: Um, excuse me. The man I’m supposed to meet--Mr. Ronald--where is he?

SKETCHY: Well, Mr. Ronald had a medical emergency and has asked me to familiarize you with our operation in his absence. This way, please.

(Sketchy leads Mr. Sivapathasundaram to Normal’s dispatch desk. Original Cindy hands a package to a messenger.)

SKETCHY: Over here is the nerve center of Jam Pony, our dispatch desk.

ORIGINAL CINDY (to messenger): Hot run to Consolidated Bacterial Research. Careful with that.

SKETCHY: We are bonded to transport live viral and bacterial agents, as well as organ-transplant material. I myself delivered a human brain to a waiting recipient just last week. It was very gratifying.

(Herbal Thought rides in and bumps into the messenger, who drops the package. It begins leaking blue gas. Everybody panics.)

MESSENGER: Poison!

ANOTHER MESSENGER: Get out of here!

(Something starts spewing from Herbal’s mouth.)

SKETCHY: Herbal! (To Mr. Sivapathasundaram) Out the back! Come on!

(Sketchy takes Mr. Sivapathasundaram into the back room. He locks the doors, including the rear exit.)

MR. SIVAPATHASUNDARAM: What the hell--? What are you doing? We have to get out of here!

SKETCHY: We can’t go back in there! We’re going to--We’re gonna have to stay here until help arrives, all right? We’re going to be okay.

(In an abandoned warehouse, Lydecker is blindfolded and tied to a chair. Max and Zack speak a short distance away.)

ZACK: Max, that wasn’t the plan. That wasn’t the plan!

MAX: I saw an opportunity. I took it.

(She hands him a gun. They walk over to Lydecker and Max splashes him with water from a canteen.)

MAX: A group of men in black SUVs kidnapped a girl yesterday on Waverly Avenue. Your men. We want to know where they took her.

LYDECKER: You must have me confused with some--

(Zack hits Lydecker on the cheek.)

ZACK: Tell us where she is, Lydecker, or you’re gonna have a very long day.

LYDECKER: I’m just a businessman.

(Zack punches Lydecker in the stomach.)

ZACK: Where is Brin?

LYDECKER: Brin? You’re one of them. One of mine. X5. Nobody else would know the names you kids called each other.

MAX: Where is she?

LYDECKER: I don’t have her.

(Zack hits Lydecker on the face again.)

LYDECKER (laughing): You’re still so angry. You haven’t changed much, have you, Zack?

MAX: We’ll play pin-the-name-on-the-barcode later. Answer the question.

LYDECKER: And who might you be? Jondy, maybe? Tinga? Max? Listen up. I don’t want to see Brin fall into enemy hands any more than you do.

ZACK: You are the enemy.

LYDECKER: I told you, Zack. I don’t have her.

(Zack hits Lydecker on the face again.)

ZACK: Stop lying.

LYDECKER: You put your prisoner in a threatening environment...and then you use threats and verbal abuse to try and weaken him psychologically.

MAX: Shut up!

LYDECKER: And eventually you’ll employ nonverbal techniques, including torture.

MAX: I said shut up!

LYDECKER: Why don’t we just cut to the chase, and…

(He breaks his own finger.)

LYDECKER: One down, nine to go. What do I have to do to have you accept that I’m telling you the truth? I don’t have her.

MAX: Then who does?

LYDECKER: Any number of foreign governments would love to get their hands on Manticore technology.

MAX: You’re saying someone kidnapped her so they can sell her to the highest bidder?

LYDECKER: Is that so surprising? Each one of you is worth millions.

ZACK: Why should we believe you?

LYDECKER: A weapon system like Brin doesn’t come up for sale every day. Let me contact my people. We can find out who’s brokering the deal. Think about it.

(Max and Zack step away to discuss it privately.)

MAX: What do you think?

ZACK: We should kill him right now and take the win.

MAX: I think he’s telling the truth. He doesn’t have her.

ZACK: You’re not seriously buying into that crap?

MAX: It’s plausible. We should check it out. Logan has contacts with the military. Maybe he can shake something loose.

ZACK (nodding): Go. I’ll stay here and work on Lydecker.

MAX: I think something tragic might happen while I’m gone. You should take point with Logan.

(In the back room of Jam Pony)

MR. SIVAPATHASUNDARAM: We’re going to die terrible, horrible deaths, like those poor kids out there.

SKETCHY: No. A disaster of this magnitude, I gotta believe help is on the way. Then again, with the Seattle economy in ruins and resources stretched so thin, it could be a while. It just kind of depends.

MAN (over bullhorn): Your attention, please. This is Sergeant Peterson of the Seattle Police Department.

MR. SIVAPATHASUNDURAM: Thank God.

MAN (over bullhorn): We have been advised by the Centers for Disease Control that this building is under full quarantine. Anyone attempting to leave the building will be shot on sight. Thank you for your cooperation.

(Outside, we see that the man speaking on the bullhorn is Herbal Thought.)

HERBAL: How was that, then, hey?

ORIGINAL CINDY: Cool.

HERBAL: All right. Cool.

(In the Jam Pony back room)

SKETCHY: We just better hope they don’t torch the whole building, like those villages in Africa with the ebola.

MR. SIVAPATHASUNDARAM: We cannot just stay here and die like dogs!

SKETCHY: You know, there’s some steam tunnels under the building. If we could get down there, we might be able to get past the police perimeter.

MR. SIVAPATHASUNDARAM: It’s better than being incinerated here.

SKETCHY: We’re gonna need something to cut with.

(At Logan’s apartment)

LOGAN (on phone): My guy’s in a time crunch on this, so get back to me ASAP...I’ll be here. (Hangs up) We’ve got a lead. My contact’s got to confirm some details and get back to me.

(Zack nods.)

LOGAN: Risky piece of business, grabbing Lydecker.

ZACK: Wasn’t the objective. Max caught a bad case of mission creep.

LOGAN: And now you’ve caught a tiger by the tail. You’ll look out for her, right?

ZACK: It’s not something anyone has to ask me to do. It’s my responsibility to look after all of them. If I would have done my job, Brin wouldn’t be in this jam.

(Brief silence)

ZACK: So, what is it between you and Max?

LOGAN: I don’t know. Something. I just don’t know what.

(The phone rings.)

LOGAN (on phone): Yeah...What do you have for me?...You got this how?...Appreciate the help.

(Logan hangs up and works on his computer.)

LOGAN: Okay. Chinese military has been trying to procure biosynth technology on the black market for the last few months. Word is the order’s been filled. A deal’s in the works.

ZACK: So Lydecker was on the level.

LOGAN: Looks like it. Operation’s being run by a Major Jake Sanders. Works out of Fort Xavier, an abandoned base just outside of town. Guy’s gone rogue; runs his outfit like his own private fiefdom.

ZACK: Where is this place exactly?

LOGAN: Thirteen and a half miles northwest of here. (Hands Zack a map) FYI, it’s a secure installation, as in lots of guys with guns. They’re in it for the money, and they’ll kill for it.

ZACK: This is what we do. We’re soldiers. You really worried about Max? The biggest threat to her safety is you.

LOGAN: How do you figure?

ZACK: She should have gotten the hell out of Seattle a long time ago. She knows it’s not safe here, but she stayed anyway, because of you. She ignored her training and let her judgment be clouded by feelings and emotions. And one day it’s going to get her killed.

(At the abandoned warehouse, Max and Lydecker are waiting for Zack. Lydecker is still bound and blindfolded.)

LYDECKER: Can I have some water, please?

MAX: Fresh out. I’d spit on you, but it’d be a waste of good saliva.

LYDECKER: I recognize the voice now. You’re the journalist from the genetics conference. Rachel... Glasser, wasn’t it? How severe are they? The seizures, I mean.

MAX (after a pause): Bad sometimes.

LYDECKER: We have treatments now, you know.

MAX: Do you make house calls, or should I go to Manticore for my meds?

LYDECKER: Would it really be as bad as all that?

MAX: How can you even ask me that? You tortured us, beat us down.

LYDECKER: You were in training to become a soldier.

MAX: We were children.

LYDECKER: And you’re remembering it through a child’s eyes.

MAX: I remember Eva dead on the floor, shot by the gun in your hand.

LYDECKER: You’ll never know how much it pained me to have to do that.

MAX: Spare me.

LYDECKER: It was the best of you that ran away that night.

MAX: Yeah, well, we wanted to start a rock band.

LYDECKER: Do you want to spend your life running?

MAX: What I do.

LYDECKER: Well, you don’t have to, you know. You can always come home.

MAX: Get it through your head--I’d rather die than go back there.

(Zack returns.)

ZACK: Catching up on old times? (To Max) He’s right. She’s being held at Fort Xavier.

LYDECKER: That’s Jake Sanders’ command. I can’t believe it. We served together.

ZACK: Well, we’ll be sure to send him your regards.

(Zack hands Max the map.)

ZACK: Here’s a layout of the base.

MAX: We’ll move out when it gets dark.

LYDECKER: You’ll never get out of there alive. Listen to me. I know Sanders. I can get us on the base. I can call in a TAC team--

ZACK: And then what? Take her back to Manticore?

LYDECKER: I would give my life, rather than to see Manticore technology end up in the hands of the enemy.

MAX: You may have a chance. You’re coming with us.

ZACK: What?!

MAX: With him along, we can waltz right through the front doors.

ZACK: He’ll double-cross us in a heartbeat.

MAX: He may want to, but he can’t. We’re the only hope he has to get Brin away from Sanders. Isn’t that right, Donald?

(Max is about to take off Lydecker’s blindfold. Zack stops her.)

ZACK: He’ll know what we look like.

MAX: We’ll worry about that when we get Brin back.

ZACK: For the record, I don’t like this.

MAX: Noted.

(Max removes the blindfold. Lydecker looks at them.)

MAX: One wrong move...

(Zack points a gun at Lydecker.)

MAX: ...you’re an organ donor.

(After dark, they arrive at the gate to Fort Xavier in Lydecker’s SUV.)

MAX (to Lydecker): Keep it simple.

GUARD: Base perimeter has been sealed until further notice.

LYDECKER: I’m here to see Major Sanders.

GUARD: I’m going to have to ask you to turn your vehicle around, please.

LYDECKER (showing his badge): Get on the horn, Corporal, and tell him Don Lydecker is here to see him.

GUARD: I’ll be right back...sir.

(The guard goes away for a minute and then returns.)

GUARD: Major’s in the mess hall. Sir, he’s asked that you join him there.

LYDECKER: Good job, Corporal.

(The gate opens and they drive in. Shortly afterward, Lydecker, Max, and Zack walk into the mess hall.)

SANDERS: Holy crap on Tuesday’s toast--Don Lydecker. How the hell are you?

LYDECKER: It’s good to see you, Jake. It’s been too long.

SANDERS: How’s the spook business?

LYDECKER: Listen, is there someplace we can go to talk?

SANDERS: Something wrong with right here?

LYDECKER: You might think so, when I tell you what I have to say.

SANDERS: Shoot.

LYDECKER: You’ve got one of my kids, Jake.

SANDERS: I don’t know what you’re talking about.

LYDECKER: You’re planning on selling her to the PRC, and it kind of worries me.

(Sanders snaps his fingers. All the soldiers in the mess hall jump up and draw their weapons.)

SANDERS (to the soldiers): Pat ’em down. (To Lydecker) I thought you might have a problem with this. I know how touchy you are about your kids.

LYDECKER: You’ve got it all wrong, Jake. I’m not here to make trouble. I want in.

SANDERS: You never fail to surprise me, Deck.

LYDECKER: Times are tough. We all have to plan for our retirement.

SANDERS: The problem is, I already got the merchandise. I just cannot see your leverage here, Deck.

LYDECKER: These kids wouldn’t exist without me...like the two I brought with me to sweeten the pot.

SANDERS: Really?

(At Jam Pony, in the back room)

MR. SIVAPATHASUNDARAM: It mustn’t end like this. I have yet to make my pilgrimage to the holy city of Benares and bathe in the Ganges.

SKETCHY: You’re not going to die, man, and neither am I. We both got too much to live for. I always wanted to learn how to swim...sleep with two girls at the same time...You ever done that?

MR. SIVAPATHASUNDARAM: Yes.

SKETCHY: Way to go, Mr. Sivapathasundaram.

(Normal enters Jam Pony)

NORMAL: Where’s Mr. Sivapathasundaram?

ORIGINAL CINDY: He was a no-show.

NORMAL: Did he call to say he was running late?

ORIGINAL CINDY: Nope.

NORMAL: Oh, for crying out loud.

(Normal groans and leans over for a minute.)

ORIGINAL CINDY: You really should go home and rest. If he calls, I’ll let you know.

NORMAL: Hey, when I want your advice, I’ll ask for it, all right?

(Normal heads for the back room.)

ORIGINAL CINDY: Where are you going?

NORMAL: I’m going to get Mr. Sivapathasundaram’s number off the bulletin board in the back, if that’s okay with you.

ORIGINAL CINDY: Just asking.

NORMAL: Fill in for a couple hours, get a little taste of power, it goes straight to your head.

(Normal opens the door to the back room, which is now empty. Mr. Sivapathasundaram and Sketchy have escaped to the outside through the vent. They get inside a car.)

MR. SIVAPATHASUNDARAM: Thank God.

SKETCHY: Guess you can postpone that skinny dip in the Ganges for a while, eh, Mr. Siva--(Begins retching)

(Mr. Sivapathasundaram pushes him out of the car.)

MR. SIVAPATHASUNDARAM: Get away from me. Get out of here! Go! I’m getting out of here!

(Mr. Sivapathasundaram drives away. Sketchy watches and laughs triumphantly.)

SKETCHY: Yeah!

(At Fort Xavier, Max and Zack are escorted to cells and locked in. They’re barefoot and their wrists are bound with rope.)

SANDERS: Good timing, you showing up with those two now.

LYDECKER: How do you mean?

SANDERS: Well, maybe you should see for yourself.

(Brin is lying in an adjacent cell. She’s weak and seems to have aged.)

MAX: Brin? Brin, it’s me, Max.

(With blurry vision, Brin looks up and sees Max and Zack.)

BRIN (weakly): Max? Is it really you?

ZACK: We’re here, baby sister.

BRIN: Zack. You came for me.

MAX: What’s wrong with her?

LYDECKER: It’s a form of progeria, similar to Werner’s Syndrome. It’s a spontaneous, rapid mutation of the genome; expresses in the form of highly accelerated aging. Three of the X5 group developed it. She’s the fourth...as far as I know. (To Sanders) We’re going to need to ice her down to bring down her core temperature, slow down her metabolic rate.

SANDERS: She going to last long enough for me to lay her off to my clients?

LYDECKER: Two or three days, maybe.

SANDERS: All I really need is to have her breathing when the taillights disappear in the morning. But, Deck, they’re not going to want to pay much for damaged goods.

LYDECKER: Dead or alive, her genetic code is worth millions. And, besides, we have the other two to sell. They’re the top of the X5 group.

MAX: Do you know something, Don? I’ve always wondered what drove you to hunt us down all these years. I thought maybe you were afraid for your dumbass fed job. Or was it a whacked sense of patriotism? Or professional pride because you felt like such a chump for losing us in the first place? But now I know. You’re just a bottom-feeding pimp, peddling flesh for the Benjamins.

LYDECKER: It’s a little more complicated than that. (To Sanders) Permission to address your men?

SANDERS: Go right ahead.

LYDECKER: All right, listen up. Under no circumstances is anyone to interact with the prisoners. Handling them requires special training, which you don’t have. Do not open their cell. And under no circumstances allow yourself within arm’s length of them. Understood?

SANDERS: Same old Deck.

LYDECKER: Next time we do this, we’re going to have to have more men in here.

(Lydecker and Sanders exit the cell block, leaving the X5s guarded by four soldiers.)

ZACK: Told you he’d double-cross us.

MAX: Never fails to disappoint, does he? (To the soldiers) I got an itch. Any of you fellas want to scratch my back?

SOLDIER: Yeah, right.

(Max starts gnawing at the rope around her wrists with her teeth.)

SOLDIER (raising his weapon): Hey, cut it out.

MAX: Oh...you gonna shoot me? ’Cause I don’t think your boss would be too happy about that. (Continues gnawing)

SOLDIER: I said cut it out!

(Max successfully removes the rope.)

MAX: Relax. Or do you want me to gnaw through your bars? (Scratches her back) Oh, much better.

(In Sanders’ office)

SANDERS: I’ve got scotch, scotch and...scotch.

LYDECKER: Just water, please.

SANDERS: Oh, that’s right, I forgot. (Pours himself some scotch) Well, let’s get down to business, huh? I got the sick girl on my own, so I don’t figure you deserve a cut. As for the other two, I’ll give you 20% for bringing them in.

LYDECKER: 50%.

SANDERS: Half?

LYDECKER: Of all three.

MAJOR SANDERS: Come on. I got the buyers, I got the safe place to make the exchange, and I’ve got your blue-ribbon thoroughbreds locked in my brig. So what is it exactly do you think you’ve got that’s worth half?

LYDECKER: What I’ve got is a lot more where they came from.

SANDERS: Well...you know, when you put it like that...Ice?

LYDECKER: Sure.

(Sanders opens a mini-refrigerator.)

LYDECKER: So have we got a deal?

SANDERS: You know, Deck, I’ve known you too long to quibble over percentages. Life’s too short--

(Major Sanders removes a gun from the fridge and turns to shoot Lydecker. Before Sanders can fire, Lydecker throws a knife into his chest.)

LYDECKER: That it is.

(Lydecker takes Sanders’ gun.)

LYDECKER (into cell phone): This is Command. Authorization code: longbow portent.

(In her cell, Max hangs herself on the prison bars while the soldiers are distracted.)

ZACK: Max! Max, no! No! (To the soldiers) Get her down! Hurry!

SOLDIER: Open the door.

SECOND SOLDIER: I’m not opening it.

SOLDIER: She’s not worth anything dead. Open it.

ZACK: What the hell are you waiting for?! Get her down!

SECOND SOLDIER (into radio): Major Sanders, we have a situation.

(Lydecker grabs the radio from Sanders’ pocket.)

LYDECKER: This is Lydecker. Over.

SECOND SOLDIER: Where’s the major?

LYDECKER: He’s in the can. What’s the sitrep?

SECOND SOLDIER: One of the female prisoners hung herself.

ZACK: Do something, for God’s sake!

SOLDIER: Open the damn door. Do it now.

SECOND SOLDIER: Watch the others.

SOLDIER (to Zack): You...face the wall.

(Lydecker runs down the hall on his way to the cell block.)

LYDECKER (into radio): Do not--I repeat, do not--open those cells!

SOLDIER (to Zack): On your knees. Hands behind your head. Hands behind your head!

(The soldiers open Max’s cell and cut her down. She immediately starts fighting them. The first soldier turns away from Zack to take aim at Max, and Zack attacks him from behind, through the bars. Brin does the same to another soldier. When all the soldiers are out, Max uses their keys to release Zack and Brin. Zack takes several guns from the soldiers; Max takes a radio. Zack opens a nearby locker and grabs the X5s’ jackets and shoes. Max supports Brin as they all run out of the cell block.)

MAX (to Brin): We’re going to get you out of here, okay?

(Manticore hummers pass through the gates of the base. Lydecker enters the cell block and addresses the X5s, who are running through a different part of the base.)

LYDECKER (into radio): I know you’re monitoring comms; I trained you to. There’s no sense running. You’ll never make it.

MAX (into radio): Why, because you brought in your men? You think I didn’t know you’d betray us, then turn around and betray Sanders?

LYDECKER: If you take Brin, she’ll die. You can’t do anything for her. Let my people take care of her. They’ve done it before...with other X5s.

(The Manticore hummers arrive at the base proper. Sanders’ men begin a shootout with the Manticore soldiers.)

MAX: Oh, the sweet sound of gunfire. You guys go ahead and duke it out. We’ve got to split.

(The X5s leave the building and make their way to Lydecker’s SUV amid the shootout, with Zack providing cover fire. They get into the SUV and drive away from the base. Brin is lying on Max’s lap, gasping.)

MAX: Hey, girl.

LYDECKER (into radio): I know you can still hear me. That’s pretty impressive, how you got away. I’m very proud of you.

MAX (into radio): Gee, thanks, Dad.

ZACK: Turn it off.

LYDECKER (into radio): Please, listen to me. Brin doesn’t have much time. Help me get her to Manticore before it’s too late. I taught you always to have a plan. What’s yours? To get her to a hospital? They won’t understand what they’re seeing. They won’t be able to help her. I can have her to Manticore in four hours. There’s still time.

ZACK: Max, turn it off!

(Max turns the radio off.)

MAX: She’s getting weaker.

ZACK: We’re together. Right now, that’s all that matters.

MAX: We can’t just let her die.

ZACK: Anything’s better than going back. You said so yourself.

BRIN: I don’t want to die. Please...don’t let me die.

(Max and Zack look at each other, making the decision.)

MAX (into radio): Lydecker, you still there?

(A short time later, Max and Zack park near a bench and lay Brin on it.)

MAX: Brin, you’re going to be all right. And someday, no matter what happens, I’m going to come for you. That’s a promise.

BRIN: Max...

(Max and Zack each kiss Brin on the forehead. Then they walk back to the SUV and drive away, crying. Soon a helicopter approaches Brin.)

(At Jam Pony)

NORMAL (on phone): Listen, have you heard from Mr. Sivapathasundaram?...Is there no way to get a hold of him?...Yes, please tell him to call me.

(Normal hangs up and sighs.)

NORMAL: Why do I think these people are giving me the runaround?

ORIGINAL CINDY: Maybe he’s just a flake.

NORMAL: Yeah, maybe so. He seemed to check out, though.

ORIGINAL CINDY: There’s a lot of playa playas out there, Normal. And they just ain’t worth hatin’ on.

NORMAL: Yeah. Still...it was a great opportunity. I just wish it could have worked out.

ORIGINAL CINDY: Well, just look on the bright side. Maybe this Mr. Sivapathasundaram brought us all just a little bit closer together.

NORMAL: Oh, God, I feel ill. (Runs for the bathroom)

ORIGINAL CINDY: You and me both.

(Herbal Thought and Sketchy join Original Cindy, and they bump fists.)

HERBAL: Bam, bam.

(At Logan’s apartment, Max is at the window, watching the rain. Logan joins her.)

LOGAN: You’re not going to make me eat dinner all by myself, are you?

MAX: Do you think we did the right thing, Logan...by letting him take her back there?

LOGAN: You took her out of a bad situation, and you let her choose for herself.

MAX: Yeah, I guess.

LOGAN: How’d you leave it with Zack?

MAX: He grunted something that sounded like goodbye and then disappeared into the night.

LOGAN: Well, you should cut him some slack. He probably had a rotten childhood.

MAX: Worst part is he swung with Lydecker’s ride. Tinted windows, class two armor...I could have fenced it for a fortune. He probably drove it off a bridge into the water somewhere so it couldn’t be dusted for prints. He obsesses.

LOGAN: You need to be more careful yourself, you know...’cause now Lydecker knows what you look like.

(At Manticore, Lydecker and two other men look at Brin through a window.)

MAN: How is she?

LYDECKER: Recovering nicely. We’ve repaired the defective genes.

MAN: How long before she’s operational?

LYDECKER: She will require reindoctrination. She was outside a long time.

MAN: What about the other two?

LYDECKER: They can’t hide forever.

Kikavu ?

Au total, 76 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Hedaaa 
25.12.2020 vers 00h

MikeBallin 
23.05.2020 vers 22h

magrenat 
25.04.2019 vers 18h

wolfgirl88 
26.01.2019 vers 19h

Kaleydu35 
23.01.2019 vers 20h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

L'HypnoCard His Dark Materials de la catégorie Evil a été élue HypnoCard du mois de février 2021 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

HypnoCup 2021: On vote!
Votez! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
Bilan du mois de Février

Bilan du mois de Février
> Le bilan du mois de Février vient d'être rédigé! N'hésitez pas à lire le bilan pour être au...

Calendrier de Mars

Calendrier de Mars
Le calendrier du mois de Février est dès à présent disponible! Afficher le calendrier en taille...

Le quartier fête ses 16 ans !

Le quartier fête ses 16 ans !
Aujourd'hui, le quartier Dark Angel souffle ses 16 bougies ! Actif depuis le 19 Février 2005, nous...

Calendrier de Février

Calendrier de Février
Le calendrier du mois de Février est dès à présent disponible! Afficher le calendrier en taille...

HypnoCup 2021! [Résultats]

HypnoCup 2021! [Résultats]
Pour cette nouvelle édition de l'HypnoCup, les couples sont le thème de cette année. Parmi les 512...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

Luna25, Aujourd'hui à 13:04

Le calendrier du mois est arrivé sur le quartier Legends of tomorrow ! Ainsi que nouveaux duel, pdm et sondage

SeySey, Aujourd'hui à 14:40

Bonjour ! Nouvelles lectures sur le quartier Sex Education ;D

quimper, Aujourd'hui à 17:48

De nouveaux calendriers sur les quartiers Elementary, The Closer, NCIS Los Angeles et Sherlock.

quimper, Aujourd'hui à 17:49

Et un nouveau sondage sur Sherlock : quelle actrice de Doctor Who dans la saison 5. N'hésitez pas à venir

emeline53, Aujourd'hui à 20:41

Nouveau sondage sur le quartier The Fosters portant sur le spin-off Good Trouble ! N'hésitez pas à commenter, je serai ravie de vous répondre

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site